Au fil de LA SEINE : ROUEN

Continuons à remonter la Seine. Bien nichée dans les méandres découvrons la ville de ROUEN, capitale normande et capitale de l’impressionnisme. A notre arrivée, nous passons devant le palais de justice, de style gothique flamboyant, lucarnes, claire-voie, escalier néo-gothique : un ensemble tout en dentelle de pierre !

Un monument emblématique de Rouen : le Gros-Horloge 

Le cadran d’un diamètre de 2,50 m représente un soleil doré de 24 rayons sur fond bleu. Une aiguille unique pointe l’heure.

Comme l’aiguille du Gros-Horloge qui enjambe la rue du même nom, indique midi, on va se restaurer !

De l’entrée au dessert, tout est un bon souvenir.

Amateurs d’art, nous avions repéré une exposition, au Musée des Beaux-Arts, elle allait nous enchanter.

Les photos n’étaient pas permises pour l’exposition. En voici quelques-unes prises dans l’entrée du musée :

La reine dans Rouen, c’est la cathédrale dont la façade est un témoignage de l’art gothique.

Miraculeusement rescapée de la 2è guerre mondiale grâce à des protections rapides, elle porte le nom officiel de Notre-Dame de l’Assomption de Rouen. C’est un site prestigieux.

La Tour de Beurre (75 m de haut) construite entre 1485 et 1506, doit son nom aux indulgences de carême (les riches fidèles achetaient le droit de manger du beurre pendant le carême) ou pour la couleur de ses pierres ?

A l’intérieur, l’escalier « des libraires » conduit à la bibliothèque du chapitre que les chanoines possédaient au premier, puis au 2 étage.

Traversant ensuite le quartier des antiquaires avec un bel hommage à la faïence rouennaise (Flanel disait que les boutiques étaient prisées de ses accompagnatrices)…

… nous arrivons à l’église Saint Maclou…

… puis à l’Aître Saint Maclou (ancien cimetière charnier du 16ème siècle)

Cet Aître remonte à l’épidémie de la Peste noire de 1348. Quatre galeries entourent une place centrale, entourée de poutres aux motifs macabres…

Pour quitter Rouen sur une note plus gaie : petit clin d’œil au peintre Claude Monet, qui a peint « Rouen » pendant plus d’un an en s’installant dans un 1er étage face à la cathédrale pour son amour de la lumière et en capter les variations sur les pierres. Il en fit une série de 30 tableaux qui sont connus dans le monde entier.

En souvenir de Flanel.

A la semaine prochaine (direction l’estuaire !)…

Escapades normandes : les ports

Pendant cet hiver 2016, au demeurant assez doux, nous avons fait quelques escapades en Normandie. Je vais vous les faire partager, mais auparavant, il faut que je vous dise notre chagrin survenu en décembre dernier.

IMG_5276.JPG
Notre Sissi (voir le chapitre « Ma Normandie ») a rejoint le paradis des chats. Un soir, bien lovée dans ses coussins, sans aucun indice apparent, elle s’est endormie comme à son habitude, mais à notre réveil, Sissi ne ronronnait plus, elle nous avait quittés, sans bruit, sans appel au secours. Ma maîtresse et nous deux, ses compagnons félins, sommes restés décontenancés devant son petit corps sans vie. Tout chagrinés par son absence, et sa vivacité matinale qui nous manquait déjà, nous avons essayé, de concert, de distraire notre maîtresse. Celui qui s’y entend le mieux, c’est Zadig ! Il a donc engagé une série de petites pitreries que je vous livre :

IMG_2440.JPG

 IMG_6800.JPG

IMG_0820.JPG

IMG_8186.JPG

Les jours passant, notre tristesse demeurant, pour nous changer les idées, nous avons emprunté nos routes normandes avec pour premier thème les ports.
Tout d’abord, et, pour la n-ième fois, nous avons fait halte à Honfleur, je ne vous raconte pas Honfleur, c’est toujours avec le même bonheur que nous flânons autour du vieux bassin et maintenant que la lieutenance est restaurée, on s’en donne à cœur joie pour les clichés !

IMG_2925.JPG

IMG_2952.JPG

Puis longeant la Seine, nous sommes arrivés à Rouen.
Rouen est une ville animée. Nos points d’intérêts ont été le Gros Horloge (accolé à un beffroi, il est constitué d’une arche Renaissance enjambant la rue du même nom et d’une horloge astronomique du XIVe siècle.)

IMG_6821.JPG

Tout en cheminant, nous admirons la cathédrale Notre-Dame et sa façade, toute de dentelle en pierres beurre frais et laiteuses et si riches en statues, c’est un monument majestueux. On peut dire qu’elle est « rescapée » de la 2ème guerre mondiale ; grâce à la protection assurée par des sacs de sable posés sur des échafaudages extérieurs et à la rapidité des consolidations faites à la suite des frappes de cinq bombes et torpilles des troupes alliées. Il a fallu beaucoup réparé, et, elle n’a été rendue au culte qu’en 1956. Sa façade occidentale tout en gothique flamboyant nous ravit, ces artisans de la pierre sont de véritables artistes qui forcent l’admiration !

IMG_6873.JPG
La flèche de la tour-lanterne mesure 151 m et c’est la plus haute flèche de cathédrale de France.
Notre agréable flânerie rouennaise nous a conduits dans le quartier de Saint-Maclou, que l’on appelle maintenant le quartier des antiquaires. Nous arrivons dans un lieu insolite : l’Aître Saint-Maclou. De forme carrée la cour est entourée de galeries. Au Moyen Age c’était un cimetière-charnier, en témoignent les sculptures macabres sur les pans de bois.

IMG_6869.JPG

Photo 029.jpg

En remontant la Seine sur l’autre rive, nous sommes arrivés au port du Havre. La (re)découverte de cette ville en vaut la peine. Les docks et leurs containers nous font rêver. Voyages, transatlantiques, contrées lointaines, et, à la façon d’Aznavour nous pensons aux ventres alourdis des bateaux qui sillonnent les océans pour se retrouver ici, accostés aux quais dans le port du Havre.

IMG_7578.JPG
Cette ville, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005, a choisi le béton. C’est surprenant, surtout pour nous, habitués des vieilles pierres, mais nous apprécions l’église Saint-Joseph avec ses 6500 vitraux, véritable phare dans la ville, cette église est surprenante et belle.

IMG_7599.JPG

IMG_7606.JPG

Nous avions prévu une visite au Musée Mu-Ma et nous n’avons pas boudé notre plaisir. Les quelques heures passées au gré des cimaises nous laissent de bons et beaux souvenirs.
Fatigué, il me semble indispensable de prendre un repos bien mérité. Alors, je vous dis à très bientôt. Toujours en Normandie je vous emmènerai faire un petit tour dans quelques parcs et beaux jardins.

IMG_2248.JPG