CHAMONIX : la pierre à RUSKIN

Je vous présente John Ruskin dont nous avons approfondi la vie et l’œuvre, dans le beau livre « Les cathédrales de la terre » de André Hélard  aux éditions Guérin.

IMG_8303.jpgJohn Ruskin est né à Londres le 8 février 1819 (décédé le 18 janvier 1900). C’est un enfant doté d’une vive sensibilité et doué pour la contemplation. Fils unique, la fortune de ses parents lui permet de consacrer sa vie à l’écriture. Il devient célèbre grâce à son oeuvre Modern Painters. Il fut critique d’art, écrivain, peintre, photographe, géologue, et fondateur philosophique du mouvement Arts & Crafts.

Il a deux passions : Turner pour l’art et Chamonix pour la nature.

IMG_9577.jpgAjoutons que Marcel Proust apprit l’anglais pour le traduire. John Ruskin fut le professeur de goût de Proust « son initiateur à la beauté ». Il dit qu’il était l’un des penseurs les plus importants du XIXè siècle, et « cet homme, cet immense esprit » tomba éperdument amoureux de Chamonix dès son premier voyage à l’âge de 14 ans. Cet endroit tient une grande place dans la vie et l’oeuvre de John Ruskin. Il fera 18 voyages dans le massif du Mont Blanc de 1833 à 1888.

IMG_7382.jpgA noter : il aime Cham’ et Venise … moi aussi….

Ruskin disait « mes moments de bonheur les plus intenses, c’est au milieu des montagnes que je les ai goûtés». A Chamonix, Ruskin se trouve en adéquation avec lui-même.

IMG_7411.jpgJohn Ruskin écrivait au soir de sa vie « quand je regarde en arrière, les seuls jours de ma vie dont je puisse considérer qu’ils ont été entièrement passés de façon sage et juste l’ont été là où je voyais le  « Mont Blanc, le Mont Rose ou la Jungfrau ».

IMG_7396.jpg(L’an dernier, nous étions au Mont Rose, voir nos chapitres Le Cervin et Whimper et Le Cervin et le Gornergrat.)

IMG_3465.jpgVoilà pour la présentation rapide de John Ruskin…

A Chamonix , le dimanche 19 juillet 1925, on inaugure un médaillon à la « Pierre à Ruskin ».

Ruskin.jpg

Armand Charlet dira dans son livre Vocation alpine « c’était un dimanche, tout était pavoisé… Un défilé avec la musique municipale clôturait la journée… En tête du cortège marchait avec les autorités, un homme à longs cheveux blancs, c’était Paderewski le célèbre musicien ».

Cette année, pleins d’entrain, nous avons décidé d’aller voir « la pierre à Ruskin ». Elle se trouve à flanc de montagne, côté Brévent.

IMG_7427.jpgEn marchant dans ce paysage que nous aimons, les patinettes se posent avec aisance sur le sentier. Je gambade, je suis heureux. Je trottine sur les pas de John Ruskin.

IMG_7387.jpgNous entendons là, une succession de bruits d’oiseaux, de branches furtives, il y a aussi les moments de silence et le murmure de la montagne.

Chat voyageur.jpgCette pierre indique donc la place que privilégie John Ruskin dans les Alpes pour admirer la chaîne du Mont Blanc.

IMG_7404.jpgCette « excursion » au pied du Brévent et face à la chaîne du Mont Blanc, où sont rassemblés une ‘telle collection’ de pics, dômes et aiguilles que les yeux ont du mal à tout embrasser, nous donne, à nous aussi, l’impression d’être en adéquation avec nous-mêmes

IMG_7389.jpg

IMG_7391.jpgEntamant la descente du retour nous évoquons (encore) une phrase de Ruskin « Droit devant nous, là-haut / le glacier étincelle au soleil de midi ».

IMG_7410.jpgRavi et fatigué je rentre pour faire la sieste.

IMG_2933.jpgAlors… Alors… A la semaine prochaine.

 

 

 

 

 

 

 

EVIAN : la ville

Nous avions choisi Evian pour notre première partie de vacances en Haute-Savoie, et, cette ville nous a tout de suite plu. Située au pied des Préalpes, en plein Chablais,  elle est surnommée « la perle du Léman » ou « la belle du lac ». Evian-les-Bains était une ville d’eau très en vogue à la Belle Epoque.

L’installation à l’hôtel faite, chouchouté par des visites en terrasse, comme un prince je prends possession des lieux (j’en profite pour faire mes extensions…)

J’apprécie même les préparatifs de la merlette en pleine réalisation de son nid.

Puis, frais comme un gardon (au bord du lac) je fais quelques emplettes.

Nous passons devant le Casino et l’emblématique Palais Lumière, (à son propos, j’y reviendrai dans un autre billet).

Evian renommée pour son eau, il nous fallait nous rendre à la plus fameuse de ses sources, celle qui est l’origine de la notoriété d’Evian-les-Bains : la source Cachat (le début des bienfaits de la fontaine remonte à 1790).

Cette promenade se passe agréablement, et, est pimentée d’une petite anecdote. Au moment où je m’apprêtais à goûter l’eau, fraîche, et dit-on, pleine de vertus, je sens sous mes patinettes le sol trembler. J’ajoute que mon entourage est sceptique et se moque gentiment de mon ressenti, et pourtant….  le lendemain, les gazettes confirment mon impression, la preuve :

Devant la source, se trouve la non moins célèbre : buvette Cachat. Mais là, déception, elle est fermée pour cause de rénovation, il nous reste à regarder son architecture extérieure, avec son dôme en tuiles et ses vitraux style Art nouveau.

Nous avons aussi pris le le Féniculaire ….

…et … après consultations des différentes directions, narines et moustaches au vent nous sommes partis pour une belle promenade sur les hauteurs d’Evian.

De retour « en-bas », une visite à à l’église Notre-Dame de l’Assomption a terminé notre après-midi. Elle est de style gothique savoyard, avec une façade de style romano-byzantin.

Disposées sur les murs encadrant l’autel, les stalles, décorées du Credo apostolique,  sont sculptées de façon à raconter la foi à ceux qui ne possédaient pas de livres ou qui ne savaient pas lire.

Le Chemin de Croix a été dessiné par un peintre contemporain local.

En sortant, nous retrouvons la Cuve baptismale.

Pour le plaisir, nous referons, à la nuit tombante,  un périple bien agréable.…

Des personnages illustres ont fréquenté Evian : Marcel Proust (1893) Sacha Guitry (1931), Anna de Noailles (années 1880-1890). La famille Lumière et autres Altesses et princes. Il y eut aussi Edmond Rostand, Colette, Alphonse Daudet, etc… et en 2019 Flanel 1er, votre serviteur.