Les chemins de COMPOSTELLE : la voie Turonensis

Dernières promenades sur les Chemins : nous terminons avec la voie qui marquait le point de départ des Jacquets venus du Nord et du Nord-Est de l’Europe. Cette voie débute dans notre capitale (Paris), passe par Tours (d’où son nom), se poursuit vers la Saintonge, le Bordelais et se termine à Puente la Reina en Espagne.

Nos trois étapes :

– PARIS : Le rassemblement des jacquets se faisait à l’ église Saint Jacques de la Boucherie. Le seul vestige qui reste est la Tour Saint Jacques (16ème siècle). Cette tour marquait le point zéro qui menait les pèlerins à Compostelle à 400 lieues de là.

A l’angle Nord-Ouest se dresse la statue de Saint Jacques le Majeur.

Les pèlerins faisaient un détour par Notre Dame de Paris.

Nous l’avons fait aussi, très très peu de temps avant le dramatique incendie de Notre Dame. (on aperçoit la flèche sur la photo)

Ci-dessous La Vierge de la voûte disparue à jamais dans les flammes du 15 avril 2019.

– BORDEAUX : Après bien des lieues, les pèlerins étaient toujours heureux d’arriver à Bordeaux. Nous aussi, bonnes et belles dégustations nous attendaient…                                         

Les marcheurs allaient à l’église Saint Seurin et se recueillaient sur la tombe du Saint.                                  

Nous avons beaucoup aimé l’atmosphère que dégageait la crypte.

Les marcheurs faisaient ensuite un détour par la cathédrale Saint André.

Notre périple dans Bordeaux, nous a permis de belles découvertes : 

la place des Quinconces :

… la Fontaine aux Girondins

La Tour de l’horloge et la grosse cloche

La Place de la Bourse et le miroir d’eau :

Le pont de pierre :

Je ne mentionne pas les canelés,  dont nous avons usé et abusé…

Nous avons quitté Bordeaux à regret et éblouis, à l’instar de Flanel, par cette jolie ville.

– Dax : en quittant Bordeaux les pèlerins traversaient les Landes et atteignaient Saint-Paul-les-Dax. Nos promenades à Saint Paul, au bord du lac de Chritus, étaient bien agréables.

A l’automne les liquidambars faisaient un concours de rougeoiement !

St Paul-les-Dax et Dax sont agréables, nous y avons passé de bons moments… Flanel aimait le temps des cures thermales où il était récompensé d’avoir sagement attendu sa maîtresse pendant les soins.

A Dax, on découvrait la fontaine d’eau chaude.       

Puis la cathédrale Notre Dame, d’allure classique…

… elle conserve un très beau portail du 14è siècle (le portail des Apôtres)

L’accueil des pèlerins existent toujours… les traditions continuent…

Tout près de Notre Dame : le Légionnaire de Dax et sa légende (racontée dans des articles des années précédentes).

Pas loin de là, les arènes, (juste pour la photo, nous n’aimons pas ce qui s’y rattache). 

On en profitait pour faire aussi une cure gastronomique (auquel participait Flanel…)

Souvent, nous prenions plaisir à marcher dans les belles forêts des Landes…ci-dessous près de Latche…                

A notre premier voyage, Flanel avait à peine 2 mois, il découvrait  pour la première fois l’Océan Atlantique… Que d’évènements depuis…

A la semaine prochaine…

BORDEAUX

Pour mes 7 ans (j’en suis tout fier) nous avons fait un voyage à Bordeaux (Burdigala).
IMG_2844
C’est avec plaisir que je vous emmène découvrir mes différentes balades dans cette jolie ville dont nous partageons l’avis avec Stendhal :
IMG_3089
Bien installés dans un hôtel central qui se reflétait dans la construction moderne qui nous faisait face, nous avons pu, à notre rythme, sillonner les rues dont tous les détours nous ont charmés.

Copie de IMG_3207

Sur notre chemin, en premier, nous avons découvert l’église Notre-Dame.
IMG_3182
C’est une église de style baroque du XVIIe siècle. Elle fut dédiée à saint Dominique. Sa façade réunit colonnes et pilastres dans un mouvement ascensionnel. Son architecte s’est inspiré de l’église du Gésu à Rome.
Le bas-relief, au-dessus de la porte centrale, représente la Vierge Marie offrant un chapelet à saint Dominique.
IMG_3182-1

Le maître-autel en marbre blanc et le tabernacle furent réalisés en 1751.
IMG_3187

La tribune d’orgue est considérée comme un chef-d’œuvre de stéréotomie (science de la taille de la pierre) qui témoigne du savoir-faire des tailleurs de pierre bordelais.
L’orgue est un « meuble » en chêne et noyer, orné de statues.
IMG_3186

Après cette visite, nos pas nous ont conduits place du Théâtre avec une petite pause gourmande au Quatrième Mur.

IMG_3386IMG_3387

Tout en continuant de cheminer nous sommes arrivés place des Quinconces. Nous découvrons là le monument aux Girondins. Cette colonne a été élevée entre 1894 et 1902 à la mémoire des députés Girondins victimes de la Terreur. La colonne est surmontée de l’ange de la liberté.
IMG_3247IMG_3233

De part et d’autre de la colonne se situent deux scènes qui constituent la fontaine des Girondins. Elle est composée de 34 sculptures de personnages et d’animaux.
Une scène est vouée au triomphe de la République et l’autre au triomphe de la Concorde. Le cheval est particulièrement présent : 4 pour le triomphe de la République et 4 pour le triomphe de la Concorde, ce ne sont pas de chevaux ordinaires mais de chevaux marins. Au premier regard ce sont les sabots à griffes ou palmés qui attirent notre attention, puis après on découvre leurs différentes particularités. Cet ensemble nous offre matière à belles photos.
IMG_3238

Mes patinettes sont fatiguées, nous rentrons, et après une bonne nuit, frais et dispos, nous repartons vers les lieux charmeurs de Bordeaux.

Avec plaisir nous découvrons « la Grosse Cloche », ou la porte Saint-Eloi (hauteur 41 m). C’est l’ancien Beffroi de l’hôtel de ville et elle est imbriquée dans les constructions voisines, notamment avec l’église Saint-Eloi.
IMG_3118IMG_3122
Armande-Louise, c’est le nom de baptême de la Grosse Cloche. Elle sonne 6 fois par an pour de grandes occasions et le 1er dimanche de chaque mois à midi (depuis juillet 2016).
« Mes coups marquent le temps, ma voix appelle aux armes, (…) j’ai des chants pour tous les bonheurs, pour tous les morts j’ai des larmes » (inscription gravée en latin sur la face intérieure de la Grosse Cloche, fondue en 1775 et pesant 7 750 kg !)
Une plaque rappelle et traduit cette inscription latine :
IMG_3121 bis

Traversant plusieurs quartiers typiques, nous arrivons à l’église Saint-Michel, sa flèche est impressionnante. Elle culmine à 114 mètres, c’est le monument le plus haut de tout le sud-ouest. Elle possède un carillon de 22 cloches qui sonne tous les quarts d’heure.
Malheureusement cette église était fermée, nous n’avons pas pu faire nos rituelles photos, alors on a musardé et marchandé sur la place très bigarrée qui rassemble de multiples déballages et antiquaires.
IMG_3140

Chemin faisant, nous sommes arrivés sur les quais de la Garonne, en passant devant la porte Cailhau, d’une hauteur de 35 mètres, c’était une porte défensive. Elle fut érigée à la fin du XVe siècle.
IMG_3149.JPG

Tout en continuant notre promenade, on admire le « Pont de pierre »
IMG_3142
On ne pourra pas s’abstenir d’y revenir pour l’admirer à la nuit tombée.

IMG_3428

Le pont de pierre a 17 arches, comme le nombre de lettres du nom de son commanditaire :  N-A-P-O-L-E-O-N   B-O-N-A-P-A-R-T-E .

Nous voilà quelques pas plus loin vers « le joujou touristique » de la ville : le miroir d’eau.
IMG_3152
Quel bonheur, le ciel bleu de cette fin septembre est un vrai régal et, comme des enfants, on profite des fins jets d’eau qui nous diffusent un moment d’insouciance.
IMG_3162

Notre promenade se passe sous les meilleurs auspices et, place de la Bourse, on en profite pour se restaurer au « Gabriel ». Sa qualité de table remarquable participe au voyage de nos papilles !

Nous amorçons le retour vers l’hôtel en passant devant les beaux immeubles où nous admirons les mascarons bordelais (de l’italien mascherone : masque). Les artisans, pour leur plaisir, créaient ces personnages pour la plupart souriants.
IMG_3284

Enfin arrive l’heure d’un gros dodo, c’est fatiguant, pour un matou, tous ces détours !

… À très bientôt pour découvrir la fin de notre séjour…