LA SEINE à PARIS : les ponts

A quelque 280 km de sa source, la Seine arrive large et dolente à Paris.

La Seine est enjambée par 37 ponts. (Flanel avait refusé en son temps, de les faire tous). Du plus ancien : le Pont Neuf au plus récent : la passerelle Simone de Beauvoir, en voici quelques-uns :

le Pont Alexandre III : Commençons par l’icône de la ville lumière : sa première pierre a été posée en octobre 1896 par le Tsar Nicolas II, fils d’Alexandre III pour symboliser l’amitié franco-russe. La mission était d’ériger un pont fastueux. Plus de 50 œuvres d’Art sont réparties sur ses 150 m de long sans pilier dans le fleuve.

Ce pont monumental a des ouvrages symétriques et décoratifs. Il est illuminé par 32 candélabres de bronze,

Les piliers d’angles, en pierre, haut de 17 m, sont surmontés de pégases tenus par des Renommées.

Le Lion et l’enfant de Georges Gardet :

Génie de l’eau :

Ce pont a été inauguré le 14 avril 1900 (pour l’exposition universelle) par le Président Émile Loubet.

Le pont Alexandre III relie l’esplanade des Invalides au Petit et au Grand Palais. Il est exubérant et impressionnant.

– le Pont d’Arcole : réalisé en une arche unique en fer, il relie l’Ile de la Cité à l’Hôtel de Ville.

– le pont au Change : il relie l’Ile de la Cité au niveau de la Conciergerie à la place du Châtelet. Il possède trois arches de 31 mètres chacune, avec le « N » impérial de Napoléon III.

– le pont Neuf : malgré son nom, c’est le plus vieux pont de Paris. Il repose sur 12 arches ornées de 381 mascarons. Il a été inauguré en 1606 par Henri IV.

– la pont des Arts : réservé aux piétons, il relie le quai Conti à l’Institut de France. Ses planches sont en bois d’azobé (comme les planches à Deauville). En 2008 est lancée la mode des « cadenas de l’amour », enlevés en 2015 vu le poids devenu excessif et dangereux.

– le Pont de l’Alma, situé à l’Ouest de la capitale, le premier pont fut créé en 1854. Il conduit place de l’Alma où, la réplique de la flamme de la statue de la Liberté de Bartholdi, offerte en 1987 par le journal Hérald Tribune, est devenue un lieu de recueillement à la mémoire de Lady Diana décédée en 1997.

En souvenir de Flanel.

A la semaine prochaine.

Les chemins de COMPOSTELLE : la voie Turonensis

Dernières promenades sur les Chemins : nous terminons avec la voie qui marquait le point de départ des Jacquets venus du Nord et du Nord-Est de l’Europe. Cette voie débute dans notre capitale (Paris), passe par Tours (d’où son nom), se poursuit vers la Saintonge, le Bordelais et se termine à Puente la Reina en Espagne.

Nos trois étapes :

– PARIS : Le rassemblement des jacquets se faisait à l’ église Saint Jacques de la Boucherie. Le seul vestige qui reste est la Tour Saint Jacques (16ème siècle). Cette tour marquait le point zéro qui menait les pèlerins à Compostelle à 400 lieues de là.

A l’angle Nord-Ouest se dresse la statue de Saint Jacques le Majeur.

Les pèlerins faisaient un détour par Notre Dame de Paris.

Nous l’avons fait aussi, très très peu de temps avant le dramatique incendie de Notre Dame. (on aperçoit la flèche sur la photo)

Ci-dessous La Vierge de la voûte disparue à jamais dans les flammes du 15 avril 2019.

– BORDEAUX : Après bien des lieues, les pèlerins étaient toujours heureux d’arriver à Bordeaux. Nous aussi, bonnes et belles dégustations nous attendaient…                                         

Les marcheurs allaient à l’église Saint Seurin et se recueillaient sur la tombe du Saint.                                  

Nous avons beaucoup aimé l’atmosphère que dégageait la crypte.

Les marcheurs faisaient ensuite un détour par la cathédrale Saint André.

Notre périple dans Bordeaux, nous a permis de belles découvertes : 

la place des Quinconces :

… la Fontaine aux Girondins

La Tour de l’horloge et la grosse cloche

La Place de la Bourse et le miroir d’eau :

Le pont de pierre :

Je ne mentionne pas les canelés,  dont nous avons usé et abusé…

Nous avons quitté Bordeaux à regret et éblouis, à l’instar de Flanel, par cette jolie ville.

– Dax : en quittant Bordeaux les pèlerins traversaient les Landes et atteignaient Saint-Paul-les-Dax. Nos promenades à Saint Paul, au bord du lac de Chritus, étaient bien agréables.

A l’automne les liquidambars faisaient un concours de rougeoiement !

St Paul-les-Dax et Dax sont agréables, nous y avons passé de bons moments… Flanel aimait le temps des cures thermales où il était récompensé d’avoir sagement attendu sa maîtresse pendant les soins.

A Dax, on découvrait la fontaine d’eau chaude.       

Puis la cathédrale Notre Dame, d’allure classique…

… elle conserve un très beau portail du 14è siècle (le portail des Apôtres)

L’accueil des pèlerins existent toujours… les traditions continuent…

Tout près de Notre Dame : le Légionnaire de Dax et sa légende (racontée dans des articles des années précédentes).

Pas loin de là, les arènes, (juste pour la photo, nous n’aimons pas ce qui s’y rattache). 

On en profitait pour faire aussi une cure gastronomique (auquel participait Flanel…)

Souvent, nous prenions plaisir à marcher dans les belles forêts des Landes…ci-dessous près de Latche…                

A notre premier voyage, Flanel avait à peine 2 mois, il découvrait  pour la première fois l’Océan Atlantique… Que d’évènements depuis…

A la semaine prochaine…