PAQUES 2020

Malgré le confinement dû au coronavirus, ma maîtresse « nous a fait » quelques décorations de Pâques. Bien sûr j’ai participé de mon mieux… (c’est mon côté toujours prêt à rendre service…)

IMG_6036-1.jpg

IMG_6041.jpgFêtons Pâques, cette année, d’une façon bien surprenante ! Faute de cacher les oeufs dans le jardin, revoyons les traditions. Tout d’abord la légende du lapin de Pâques en Forêt Noire et dans l’Est de la France.

IMG_1437.jpg‘Il était une fois, une pauvre maman désolée de ne pouvoir offrir à ses enfants des friandises pour la fête de Pâques ! Elle imagina de peindre des œufs tout simplement qu’elle cacha dans un nid. Quand ses enfants découvrirent les œufs de Pâques, il arriva qu’un lapin détala, laissant penser qu’il avait lui-même apporté les œufs colorés.’

IMG_1497.jpgDepuis ce temps-là, la tradition veut que la veille de Pâques, un lapin dérobe les œufs dans les poulaillers et les dépose dans les jardins….

Puis, il y a la coutume telle que ma maîtresse l’a entendue quand elle était petite… C’est l’histoire avec les cloches…

IMG_1488.jpg‘Dans la tradition catholique, après le jeudi saint et jusqu’au jour de Pâques, les cloches des églises ne sonnent plus. On dit aux enfants qu’elles sont parties à Rome. A leur retour, le dimanche de Pâques, elles apportent profusion de chocolats délicieux et elles peuvent carillonner à toute volée annonçant ainsi le jour de la Résurrection du Christ’

Ci-dessous, à quoi ma maîtresse rêve…. (mais chut…)

IMG_0801.jpgPour le plaisir, voici quelques souvenirs photographiés en Forêt Noire où toutes les maisons sont plaisamment décorées pour les fêtes de Pâques.

IMG_1517.jpg

IMG_1519.jpg

IMG_1521.jpg

IMG_1522.jpg

IMG_1523.jpgBelles fêtes de Pâques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sud-Ouest 2018 : VILLA ARNAGA

Après l’hommage à Notre Dame de Paris, reprenons le récit de notre voyage dans le sud-ouest :

IMG_4681.jpgAller à Cambo-les-Bains, au pays d’Edmond Rostand et visiter sa villa, on attendait ce moment depuis longtemps. Dès l’entrée nous sommes accueillis par d’immenses allées bordées d’hortensias et notre rêverie nous emmène dans les pas du poète.

IMG_4683.jpg

IMG_4685.jpgTout en cheminant, on repense à la jeunesse d’Edmond, qu’il passa en Provence sous un ciel lumineux, où son imagination débordante, et déjà rêveur, le fit devenir un poète élégant et un travailleur acharné. Citons ces trois grands chefs d’œuvres :

Cyrano de Bergerac (qu’il écrit en 1897 à l’âge de 29 ans). Cette œuvre, le soir de sa première, aura 40 rappels et deux heures d’applaudissements

IMG_4704.jpg

IMG_4711.jpg

IMG_5733.jpgL’Aiglon joué en 1900 avec Sarah Bernardt, dans le rôle du Duc de Reichstadt, est également un triomphe.

IMG_4718.jpg– Il écrira Chanteclerc à Arnaga. Cette pièce demande des décors incroyables et somptueux.

IMG_4712.jpg

IMG_4732.jpg

IMG_4741.jpg

Nous replonger dans son univers donne l’envie de (re)lire ses chefs-d’œuvres écrits avec l’élégance du cœur et avec panache. Comme des générations de lecteur nous sommes enthousiasmés.

Après l’Aiglon, Edmond Rostand tombe malade, son médecin (de Paris) l’envoie au Pays Basque pour soigner ses poumons. Il découvre alors Cambo, et achète le 15 juillet 1902 le domaine où il construira une villa de style néo-basque – ferme du labourd, avec dix-neuf pièces somptueusement décorées.

IMG_4746.jpg

IMG_4700.jpg

IMG_4701.jpg

IMG_4713.jpg

IMG_4730.jpg

IMG_4735-1.jpgDans la bibliothèque nous découvrons le César que Gérard Depardieu s’est vu décerner en 1991 pour son interprétation de Cyrano et qu’il a remis à la villa Arnaga.

IMG_4706.jpg

IMG_4707.jpg

IMG_4708.jpgNotre chouchou, et pour les arctophyles, voici un nounours en Cyrano….

IMG_4738.jpg

IMG_4737.jpgOn découvre aussi la fameuse pendule « midi à quatorze heures » dont Edmond se servait pour se débarrasser des importuns…

IMG_4744.jpgErigée dans un écrin de verdure, la villa Arnaga, trône, face aux Pyrénées, elle entourée de parterres fleuris, de pergolas et de pièces d’eau.

IMG_4688.jpg

IMG_4686.jpg

IMG_4757.jpg

IMG_4758.jpgLa propriété est ornée d’un miroir d’eau long de 70 mètres, où la demeure se reflète en totalité.

IMG_4765.jpgIdéalement placée, face aux Pyrénées :

IMG_4728.jpgArnaga et ses jardins, c’est le rêve d’Edmond Rostand, « sa folie », cette villa est à son image, avec son côté solitaire et son côté faste.

IMG_4723.jpgEn sortant de la villa, nous flânons dans les jardins.

IMG_4753.jpgLe subtil passage qui nous emmène des jardins à l’anglaise vers ceux à la française,

IMG_4755.jpg

IMG_4693.jpg

IMG_4748.jpgNos pas nous conduisent vers une balustrade de pierres en hémicycle, c’est le coin des poètes, les maîtres à penser d’Edmond. Il y a là, les statues de Victor Hugo, Shakespeare et Cervantès.

IMG_4759.jpgCe moment de découverte est emprunt de souvenirs. On pense aux hôtes illustres que recevait M. Rostand, tels Pierre Loti, Jean Cocteau, Sarah Berhnardt…

Nous terminons par la grande pergola et avec regret nous quittons cet endroit « subtil » attachant et séduisant.

IMG_4766.jpg

IMG_4762.jpg

IMG_4769.jpg

En avril 1890, Edmond épouse Rosemonde Gérard, poétesse. Elle écrira par amour pour Rostand son poème : la chanson éternelle. Ils auront deux enfants Jean et Maurice (tous les deux sans descendance). Rostand décède à Paris le 2 décembre 1918 à l’âge de 50 ans

IMG_4694.jpg

Pour terminer, un instant de poésie :

IMG_5734.jpg

Avant de vous dire à la semaine prochaine, je vous souhaite de belles fêtes de Pâques.

 

IMG_6033.jpg

Et pour mes fidèles abonnés, quelques ronrons supplémentaires….