FLANEL en BOURGOGNE : VONNAS – ALESIA

VONNAS : A deux pas de la Bourgogne, dans l’Ain, découvrir Vonnas, au cœur de la Bresse, c’est arriver au pays de Georges Blanc.

Sur la place centrale, la passerelle en bois : « le pont des Compagnons » bâti en 1991 par les compagnons du devoir du Tour de France.

Ce qui fait la notoriété de la commune c’est la renommée internationale de Georges Blanc.

C’est l’établissement le plus anciennement étoilé au monde.

A côté du restaurant principal, l’ancienne auberge des Blanc propose des plats familiaux traditionnels des trois générations de Mères Blanc (avec une carte aux prix plus… abordables).

Après notre repas…

…. profitons du décor rétro……..

En 1872 les arrières-grands-parents de Georges Blanc s’installent à Vonnas.

Elisa Blanc (1883-1949) avait inventé les crêpes vonnassiennes ce qui lui avait valu sa renommée.

Maintenant on parle du Village Blanc

N’oublions les petits achats à la Boutique Georges Blanc…

… entr’autres, quelques souvenirs pour Flanel, une boite pour ses croquettes et un petit plateau pour ses dégustations

ALESIA

En Côte-d’Or, une ville gallo-romaine, dont le nom résonne dans nos mémoires d’écoliers…

C’est là, au siège d’Alésia, qu’en 52 avant J.C. se déroule un épisode de la Guerre des Gaules opposant Vercingétorix et ses alliés gaulois aux Romains. Au terme d’un ultime combat Vercingétorix se rend.

Les vestiges que l’on voit sont ceux d’une petite ville gallo-romaine postérieure à la bataille d’Alésia.

L’empereur Napoléon III, passionné d’histoire lance des recherches à Alésia. Les fouilles sont couronnées de succès, il commande alors au sculpteur Aimé Millet une statue colossale de Vercingétorix. Elle est en tôle de cuivre, haute de 6,60 m et érigée en 1865.

Elle repose sur un socle en pierre de 7 mètres dessiné par Viollet-le-Duc.

A la semaine prochaine.

LA SEINE à PARIS : les ponts

A quelque 280 km de sa source, la Seine arrive large et dolente à Paris.

La Seine est enjambée par 37 ponts. (Flanel avait refusé en son temps, de les faire tous). Du plus ancien : le Pont Neuf au plus récent : la passerelle Simone de Beauvoir, en voici quelques-uns :

le Pont Alexandre III : Commençons par l’icône de la ville lumière : sa première pierre a été posée en octobre 1896 par le Tsar Nicolas II, fils d’Alexandre III pour symboliser l’amitié franco-russe. La mission était d’ériger un pont fastueux. Plus de 50 œuvres d’Art sont réparties sur ses 150 m de long sans pilier dans le fleuve.

Ce pont monumental a des ouvrages symétriques et décoratifs. Il est illuminé par 32 candélabres de bronze,

Les piliers d’angles, en pierre, haut de 17 m, sont surmontés de pégases tenus par des Renommées.

Le Lion et l’enfant de Georges Gardet :

Génie de l’eau :

Ce pont a été inauguré le 14 avril 1900 (pour l’exposition universelle) par le Président Émile Loubet.

Le pont Alexandre III relie l’esplanade des Invalides au Petit et au Grand Palais. Il est exubérant et impressionnant.

– le Pont d’Arcole : réalisé en une arche unique en fer, il relie l’Ile de la Cité à l’Hôtel de Ville.

– le pont au Change : il relie l’Ile de la Cité au niveau de la Conciergerie à la place du Châtelet. Il possède trois arches de 31 mètres chacune, avec le « N » impérial de Napoléon III.

– le pont Neuf : malgré son nom, c’est le plus vieux pont de Paris. Il repose sur 12 arches ornées de 381 mascarons. Il a été inauguré en 1606 par Henri IV.

– la pont des Arts : réservé aux piétons, il relie le quai Conti à l’Institut de France. Ses planches sont en bois d’azobé (comme les planches à Deauville). En 2008 est lancée la mode des « cadenas de l’amour », enlevés en 2015 vu le poids devenu excessif et dangereux.

– le Pont de l’Alma, situé à l’Ouest de la capitale, le premier pont fut créé en 1854. Il conduit place de l’Alma où, la réplique de la flamme de la statue de la Liberté de Bartholdi, offerte en 1987 par le journal Hérald Tribune, est devenue un lieu de recueillement à la mémoire de Lady Diana décédée en 1997.

En souvenir de Flanel.

A la semaine prochaine.

Sud-Ouest 2018 : SARE et ses GROTTES

Après une petite incursion en Espagne, nous avons passé un après-midi bien agréable à Sare et dans ses grottes préhistoriques.

IMG_2389.jpgSare est situé entre Saint Jean de Luz et la Navarre espagnole. La devise de Sare en basque « Saran Astia » (à Sare, on a le temps), nous a tout de suite conquis et nous prenons le temps de flâner dans ce charmant village.

IMG_4676.jpg

IMG_3796.jpgL’église Saint Martin date du XIIè siècle et son clocher carré à cinq étages est remarquable. Il porte une inscription rappelant l’implacable temps qui passe.

IMG_3797.jpg

IMG_4674.jpg

IMG_4675.jpgAprès nous allons visiter le site incontournable de Sare : ses grottes.

IMG_4658.jpg

IMG_4659.jpgNeuf cent mètres de galeries qui s’animent par des sons et lumières nous permettent d’aborder la formation géologique et la mythologie basque (suivis par les laminaks, êtres surnaturels de la mythologie basque…).

IMG_4664.jpgC’est une aventure intérieure mystérieuse où les photos ne sont guère autorisées !…. (dommage), mais on se console aux sons du rythme de la txalaparta (percussion séculaire).

IMG_4665.jpgTout un peuple de chauves-souris vit là, bien protégé, et nous surveille dans les cavernes que nous traversons et où l’on imagine l’Impératrice Eugénie et Napoléon III.

IMG_4666.jpgDevant les grottes, nous profitons du parc mégalithique avec panneaux explicatifs sur l’occupation par les hommes de la préhistoire à nos jours.

IMG_4669.jpg

IMG_4668.jpgUne visite au musée pour compléter le tout.

IMG_4670.jpg

IMG_4672.jpgHeureux de notre après-midi, nous prenons le chemin du retour, dans la campagne environnante, j’ai le temps de « zoomer » sur les aigrettes pique-bœufs blancs.

IMG_4677.jpgPuis je m’écroule « fa-ti-gué » !

A la semaine prochaine…. Et en attendant, je vous souhaite un beau 1er mai.