BOURGES

Pour rejoindre Bourges, étape d’un soir avant la Normandie, il nous fallait quitter Chamonix. Là, j’ai été grandiose ! J’ai montré mon désaccord total quant au départ ! Au lieu de paresser sur le balcon, comme je le fais tous les matins, je me suis ingénieusement glissé sous le lit, à l’endroit où il est bien difficile de m’attraper ! Ma maîtresse n’a pas pu immortaliser le moment, car elle s’est armée de patience au lieu de s’armer de l’appareil photo. Enfin, patience, est un grand mot ! On peut dire que j’ai été « délogé » de mon refuge à la montagne…. [fin de més-aventures]

IMG_4019.jpgUne fois arrivé dans la voiture j’ai un peu boudé, histoire de dire que je n’aime pas m’en aller d’ici !

IMG_7899.jpgEt puis, on a roulé, roulé, j’ai daigné m’intéresser au paysage, quand j’ai entendu parler de champs à « la Monet »

IMG_7787.jpgA Bourges, halte agréable d’un soir dans le Berry, je me suis laissé prendre au charme de la vieille ville. Notre cheminement commence place Gordaine et ses jolies maisons à pans de bois.

IMG_7873.jpgEn empruntant la rue Bourbonnoux, nous passons devant l’Hôtel Lallemand, édifice construit vers 1500, de style première Renaissance.

IMG_7871.jpgNous arrivons ainsi à la cathédrale Saint-Etienne. De style gothique et de taille impressionnante, elle est une des plus grandes de France (elle a été consacrée en 1324).

IMG_7857.jpg

IMG_7892.jpgLe chiffre Cinq (sans doute en référence aux cinq plaies du Christ) est présent dans tout l’édifice. Cinq portails, cinq nefs, cinq niveaux de pierre et de lumière. L’ensemble des cinq portails de la façade occidentale est unique en France.

IMG_0136.jpgElle ne possède pas le plan habituel en croix latine, c’est un grand vaisseau de cinq nefs.

IMG_7806.jpgLes sculptures et les vitraux sont remarquables.

IMG_7839.jpg

IMG_7808.jpgL’horloge astronomique dont le mécanisme date de 1424 est une des plus anciennes conservée en France.

IMG_7829.jpgLes grandes orgues sont en chêne sculpté et reposent sur une tribune à encorbellement.

IMG_7846.jpgNous trouvons le symbole du Pélican. (le père s’ouvre la poitrine pour redonner la vie à ses petits par l’effusion de son sang). La cathédrale de Bourges est surmontée d’un pélican et non d’un coq comme sur la plupart des autres églises (le coq est le symbole du Christ ressuscité).

IMG_7834.jpgEt, au hasard des nefs, voici quelques photos,

A Bourges il y a aussi le Palais Jacques Cœur (ce dernier était l’argentier du roi Charles VII). Construit entre 1443 et 1451, le palais était fermé à l’heure de notre arrivée, donc pas de visite…

Le lendemain, au soir du retour, d’un bond, j’ai quitté la voiture seul comme un grand, pour retrouver « mon chez-moi ».

Flanel.jpgA la semaine prochaine (je serai dans mon jardin).

Escapades normandes : parcs et jardins

Après mûre réflexion, je vais quitter ma couette pour vous présenter quelques virées supplémentaires en Normandie.

Le château de Boutemont :

Il est niché dans un écrin de verdure, entre chapelle, serre, bassin et jardin renaissance italienne. Au gré des allées, la promenade est pleine de jolies surprises et c’est plein d’enthousiasme que je trottine derrière ma maîtresse heureuse de pouvoir faire quelques clichés que nous pouvons partager.

Granville

Par une chaude journée normande, (oui ça nous arrive !) donc, sous le soleil (quasi méditerranéen) nous découvrons la maison d’enfance du célèbre couturier Christian Dior à Granville. La villa « Les Rhumbs » est située dans un jardin suspendu entre ciel et mer et parsemé d’essences subtiles. Ce jardin nous fait rêver.

Vendeuvre

Tout un monde de surprises nous attend dans ce parc où se succèdent jardins à la française et jardins d’eau. Notre visite préférée se situe au mois d’avril, quand le parc est un festival de tulipes et de jacinthes. Avec bonheur nous déambulons en ayant l’impression d’être au milieu d’un mini Keukenhoff. Toutes ces fleurs à foison nous rappellent notre voyage en Hollande méridionale aux Pays-Bas, où ces jardins sur 32 hectares donnent au Keukenhoff la réputation d’être le plus beau parc printanier au monde !

Giverny

La maison de Monet, crépi rose et volets verts, est chargée de souvenirs. Monet y vécut de 1883 à 1926. Elle a gardé l’âme du peintre et nous plonge dans sa vie quotidienne avec émotion.

« Fou de fleurs » il a aménagé son jardin avec amour en accordant une grande place à l’eau. « Son pont japonais » est sans nul doute le chouchou de nos clichés. L’espace d’une visite qu’on aime à prolonger, nous sommes plongés dans l’univers pictural des nymphéas !
À quelques pas de là, Monet repose pour toujours. À ses funérailles, (le 5 décembre 1926) Clémenceau, présent, a retiré le drap noir apposé sur le cercueil en disant « pas de noir pour Monet ».
Merci M. Monet pour votre œuvre !

Saint-Germain-de-Livet

Entouré de douves où il se reflète harmonieusement, le château de Saint-Germain-de-Livet est remarquable par son architecture. Il est composé d’un manoir à pan de bois et d’une construction en pierre et brique vernissée du Pré-d’Auge. Dans le parc déambulent de fiers paons et de majestueux cygnes glissent avec noblesse sur l’eau.

 

Les jardins de Cambremer

IMG_9089

IMG_9115

Nichés dans les vallons du Pays d’Auge, quatre hectares d’espaces verdoyants nous invitent à la flânerie avec bonheur. Parsemés de bâtiments à colombages et classés jardins remarquables, nous y découvrons des massifs garnis de fleurs aux variétés surprenantes, belles et odorantes. De plans d’eau aux jardins à thème, notre promenade nous fait passer un bien bel après-midi et se termine par un petit câlin aux ânes.

IMG_9046

Pour terminer ce billet, avant de nouvelles aventures, je vous fais une confidence, de tous ces jardins, celui que je préfère, c’est le mien ! Pas de fatigue ! Zen et serein !

IMG_2681

Il me suffit, par exemple, de pouvoir admirer le « beau travail » des araignées.

IMG_3482

… Ou d’écouter sagement le pépiement des oiseaux qui sont nombreux autour de moi. J’ajoute que lorsque nous sommes en forme, le jardin devient notre terrain de jeux et on s’essaie à chat perché.

IMG_3452

… Ou à cache-cache, puis, une griffe par ci, une griffe par là et c’est « l’éclatade » (enfin vous voyez ce que je veux dire).

IMG_2595

À bientôt,
Flanel