LES PYRENEES, nostalgie…

Après la nostalgie des Alpes, due à l’absence de notre voyage de ce printemps, il ne faut pas se faire d’illusion, à l’automne prochain, nous n’irons pas dans les Pyrénées, comme nous en avons souvent l’habitude. J’avais un mois (j’étais tout minot) quand les Pyrénées me furent présentées !

IMG_4828Depuis, on a sillonné bien des petites routes de ces montagnes chères à notre cœur. Commençons, tout au bord des Pyrénées-Atlantiques, avec une ascension au point culminant du Pays Basque emmenés par le petit train de la Rhune.

IMG_5027D’un côté l’Océan…

IMG_5014.jpg…de l’autre la montagne…

IMG_5018.jpgLa Rhune

Pêle-mêle, j’aligne des photos au gré des souvenirs.

…A Lourdes, lieu saint célèbre dans le monde entier…

IMG_4538.jpgLourdes, dont le donjon du château fort a « abrité » des prisonniers célèbres dont un masque de fer…

IMG_4571.jpg…Tout près de là, à Argelès-Gazost, le plaisir d’aller nourrir les marmottes. (nous avons adoré ce moment…)

IMG_3319.jpg…Engageons-nous sur la route des cols…

IMG_4588.jpg…en prenant le temps d’une sympathique rencontre avec les brebis de race lourdaise. Elles nous font, entr’autres, de la belle laine pour de chauds tricots…

IMG_4578-2.jpgUn arrêt au Col du Soulor, le temps d’un rafraîchissement et d’admirer les pottioks en liberté.

IMG_4581.jpg

IMG_4895.jpgL’ouverture de la route nous permet de rejoindre le Col d’Aubisque.

Pendant l’un de nos séjours, une excursion à Gavarnie fut mémorable : un orage, soudain et violent comme ils savent l’être en montagne, nous a un «peu voilé» le paysage, on devine le cirque certes, mais le rugissement du torrent nous conseille de nous éloigner du pont…

IMG_3353.jpgPeu de temps après, le temps de déguster une garbure, le calme était revenu.

Dans la vallée, il ne restait que les couleurs tourmentées du ciel et les bruits lointains des grondements du tonnerre.

IMG_3375.jpg
En revenant vers Lourdes

Je n’oublie pas les petites « virées » dans les nombreux villages. Notons juste celui d’Itxassou et ses célèbres cerises, où, non loin de là se trouve « le Pas de Roland ».

IMG_6702.jpgPour les petits tours dans les Pyrénées espagnoles, bien sûr, j’étais aussi toujours prêt au départ.

IMG_4937On partira vers l’Ariège non sans profiter, d’un dernier regard, de la chaîne des Pyrénées enneigées.

IMG_3391.jpgSur la route que de beaux sites, en particulier en Haute Garonne, celui de Saint Bertrand de Comminges, le « Mont Saint Michel des terres »…

IMG_3393Avec, au pied de la cathédrale Sainte Marie, la jolie petite basilique St Just de Valcabrère de style roman.

IMG_3403.jpgJ’avoue que lorsqu’on arrive au château de Foix, je suis un peu endormi…

IMG_1276J’ai la tête pleine de souvenirs, mais ma santé, un peu vacillante, me conseille de me reposer.

IMG_7728-1.jpgPour conclure :

…Montagnes Pyrénées, vous êtes mes amours…(comme le dit la chanson…),

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les flâneries de FLANEL

Mes flâneries, ces jours-ci, sont bien minimes !

Ma santé donne beaucoup d’inquiétude à ma maîtresse. Il y a peu, elle a détecté, malgré « ma toison » un bobo sur ma peau, le vétérinaire alerté, a décidé tout de suite qu’il fallait opérer.

IMG_7515-1.jpgDe retour à la maison après l’opération, un peu flagada, légèrement chancelant, j’essaie, malgré tout, de paraitre le plus vaillant possible.

IMG_2094Je ronronne à fond, c’est ma façon à moi, de lui dire combien je lutte pour continuer à l’accompagner au quotidien.

IMG_2098.jpgEn attendant les résultats des analyses, je suis sage en me reposant le plus possible.

IMG_2106.jpgDès que j’irai mieux, et que les fils de ma grande cicatrice seront partis, j’essaierai de rejoindre mon jardin où je me plais tant.

IMG_7311-1.jpgJ’ajoute que je suis choyé, câliné, entouré de bons soins et que mes moments précieux sont ceux que je passe avec confiance sur les genoux de ma maîtresse.

IMG_7683-1.jpgJe suis bref, la semaine prochaine, si ça va, je vous emmènerai dans une nostalgie des Pyrénées.

IMG_2088.jpgVotre Flanel

 

 

 

 

LES ALPES, nostalgie

LES  ALPES  SUISSES

Commençons cette collection de souvenirs dans les Alpes, à l’Est de la Suisse entre Vaduz (Liechteinstein) et Chur (Coire), là, où se situe Maïenfeld, les Alpes de Heidi.

Lectures d’enfance de ma maîtresse, montagnes attachantes, tout pour le bonheur des vacances 2018.

Notre séjour à Bad Ragaz nous a laissé de très bons souvenirs !

(plus de détails en cliquant sur les liens suivants  : Suisse, Bad Ragaz  – et  – Suisse, Heidiland.

Notre périple dans les Alpes suisses nous menait, tambour battant,  de l’Est vers l’Ouest, avec les yeux trop petits, la mémoire à cent à l’heure et l’appareil photo toujours opérationnel.

Il n’était pas question de sieste ….

… La route était un enchantement,

Après cette journée, riche en émotions et en photos, nous sommes arrivés au pied du symbole de la Suisse, à Zermatt pour admirer le Cervin. (Je pourrais dire, comme je suis en Suisse, que le soir, j’avais la « molle »… besoin de se reposer…)

Le Cervin, est le résultat de la rencontre de deux plaques continentales et on dit que le Cervin est africain. La tectonique a plissé la surface de la terre pour nous donner des paysages avec des sommets au caractère bien trempé et une beauté à couper le souffle. Par exemple le panorama des 4000  au Gornergrat avec le Mont Rose d’un côté et le Cervin, toujours aussi élégant, de l’autre. Plus de détails en cliquant sur le lien : le CERVIN et le GORNERGRAT.

Après quelques jours à Zermatt, (détails sur le lien Suisse, ZERMATT,) nous terminons ce tour des montagnes suisses, tout près de la frontière française où nous avons pris le VERTICALP pour nous rendre au barrage d’Emosson.

Du bonheur pour les yeux, des souvenirs plein la tête, une excursion magnifique ! Rudes et fascinants paysages qui enchantent nos regards. Nos yeux se plaisent sur ces reliefs et ils en re-demandent….

Pour plus de détails voir billet Chamonix, une belle rencontre .

Quand on quitte et qu’on pense à toutes « nos montagnes » on peut dire que le « Heimveh » s’empare de nous,  ( la mélancolie du pays… ou des montagnes…)

LES ALPES AUTRICHIENNES :

En Autriche, nous avons sillonné des routes bien agréables. La route romantique des Alpes nous a emmené jusqu’à Füssen…

Nesselwang

(plus de détails sur le lien : Allemagne : FÜSSEN … en Bavière, pour admirer, tout près de là le château de Louis II.

(plus de détails  : Bavière, le château de Neuschwanstein)

Après direction le Salzkammergut en Autriche avec les moments « carte postale » à Hallstatt.

Sur le chemin du retour, ce fut le Tyrol et Innsbruck (Plus de détails sur le lien de BAD ISCHL à BAD RAGAZ )

LES ALPES ITALIENNES :

Chaque année, c’est le bonheur de nouvelles découvertes. Au printemps 2019, ma maîtresse m’a emmené, dans le massif du Mont Blanc côté italien, faire la très belle ascension de la Pointe Helbronner avec le SKYWAY.  (Plus de détails en cliquant sur les liens suivants  :   SKYWAY, COURMAYEUR (1)  – et  – SKYWAY (2).

La Dent du Géant, vu de la Pointe Helbronner.

La-haut, ce n’est qu’éblouissement. J’ai l’impression d’être sur un nuage et nous rêvons au milieu de ces géants de pierre recouverts de neige éblouissante.

À bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

LES ALPES FRANCAISES, nostalgie…

Cette mini série nostalgie s’explique pour nous, en ce printemps 2020, par un manque de la montagne dû au confinement. Depuis ma naissance, tous les ans, nous faisons un séjour dans les Alpes.

AlpesCette année, il était prévu des vacances dans le Mercantour afin de découvrir ce massif que je ne connais pas bien. Si nos projets n’avaient pas été fâcheusement contrariés par ce maudit virus, je serais en train de vous envoyer une carte postale.

IMG_1401-1La première fois que j’ai découvert les Alpes, c’était en Haute-Savoie et j’avais moins de trois semaines. Ma maîtresse m’a d’emblée présenté un de ses endroits favoris : le massif du Mont Blanc. Elle ajoute, qu’à chaque arrivée, c’est le même regard enchanté, chargé d’émotion.

IMG_4569-1Je venais de faire le trajet Normandie-Chamonix sur ses genoux et d’une sagesse exemplaire (j’avais encore mes yeux bleus, tellement j’étais bébé).

IMG_4723-2L’année suivante, j’ai découvert la Mer de Glace. Après avoir pris le train du Montenvers à Chamonix, nous sommes arrivés près de ce glacier, qui bien des années avant ma naissance était beaucoup plus conséquent.

IMG_5710Elle m’a montré « les Drus » et m’a parlé de Walter Bonatti (né à Bergame en 1930 et mort à Rome en 2011). Depuis, je me suis penché sur la vie de cet alpiniste, guide de haute montagne, journaliste et photographe au palmarès impressionnant.

IMG_2021Elle ajoute qu’elle est passionnée par tous les exploits réalisés en haute montagne mais surtout par les premières accomplies par des pionniers. Pour plus de détails lisez le billet :  « Au Pays du Mont Blanc » du 10 décembre 2016 

Face aux Drus, pics vertigineux qui se dressent dans le ciel de Chamonix, elle m’explique comment ces granits (le Dru -ou petit Dru- 3 733 m et le Grand Dru 3754 m) étaient le rêve de tous les grimpeurs.

IMG_5801Les Drus vus de la Chapelle des Praz

Cette paroi magistrale, qualifiée alors de pilier imprenable, a été vaincue en solitaire (pendant 6 jours et 5 nuits) par la face dominant le Montenvers, en août 1955 par Walter Bonatti. Cette première du pilier sud-ouest du Dru (qui porte son nom) est sans doute l’une des plus mémorables ascensions du palmarès de Bonatti, considéré alors comme le meilleur alpiniste de son époque.

IMG_5728les Drus vus du Montenvers

Bonatti, le roi des Alpes,  avait « sa conception de l’alpinisme » et il terminera son impressionnante carrière d’alpiniste de l’extrême et de ses ascensions prodigieuses, en février 1965,  par son épopée de l’ascension du CERVIN, SEUL, en HIVER et par une VOIE NOUVELLE. Après il passera à autre chose et ses livres témoignent d’une vie bien remplie.

Les Drus que ma maîtresse me montre aujourd’hui ne sont plus ceux de 1955. En juin 2005, un séisme de roches estimé à plus de 250 000 m3 se détachent de la paroi et laissent une cicatrice de 700m de haut sur 100 m de large (l’endroit le plus clair sur les photos). Cette « blessure » dans la montagne a produit un fracas gigantesque entendu jusque dans la vallée.

IMG_8092Cinquante ans après son exploit, Bonatti voit « le mythe de son pilier » écroulé, lui qui pensait que cette paroi de la solitude lui survivrait à tout jamais.

« Les Drus d’hiver  »  peints  par Lionel Wibault.

pour ce peintre et guide de haute montagne, voir le billet «Chamonix , Lionel Wibault » du 13 septembre 2019.

En rentrant à Chamonix, notre regard, toujours fasciné, admire ce massif où flèches, aiguilles et crêtes nous mènent à la rondeur sommitale qui s’unit à la glace et fait du Mont Blanc un joyau étincelant.

Toutes ces journées à la montagne sont passionnantes, et de retour à l’hôtel où j’ai mes habitudes, j’aime contempler l’Arve qui « rugit » sous le balcon.

IMG_7707A la semaine prochaine.

CABOURG

Série vagabondages restreints – n°6.

« Longtemps, je me suis couché de bonne heure »…

IMG_1764Avec cette citation, vous voyez où je veux vous emmener. Mes voyageuses ayant un goût prononcé pour les bons mets servis dans des cadres agréables, il fut décidé une escapade à Cabourg (sur la côte normande).

IMG_2298

IMG_2289Le but était le Grand Hôtel cher à Marcel Proust.

IMG_2082Après le repas, un tour sur la promenade Marcel Proust bordée de villas Belle Epoque s’impose. Avec ses 3,6 km, on dit que c’est la plus longue promenade piétonne d’Europe.

IMG_2280Marche agréable également sur le sable, où une mouette très attachante nous a longtemps suivi.

IMG_0350Cabourg , destination romantique de la côte fleurie, s’est développée au milieu du XIXè siècle, en devenant une station balnéaire très à la mode.

IMG_4098L’ambassadeur de Cabourg, fut sans conteste Marcel Proust qui avait ses habitudes au Grand Hôtel entre 1907 et 1914, avec le souvenir de ses madeleines au petit déjeuner.

IMG_1108Ma petite Madeleine, à moi, ce sont mes voyages avec ma maîtresse !!!

IMG_1107-1(Cabourg, Marcel Proust et Flanel…)

De belles villas datant de la fin du XIXè et début XXè complètent le patrimoine de Cabourg. Nous en découvrons une, nommée « l’Argentine ». Cette villa, face au casino et à ses jardins, fut construite pour un ingénieur qui avait fait fortune dans les chemins de fer en Argentine…

IMG_4575-1Un dernier tour dans les jardins du casino et nous regagnons nos pénates.

IMG_4578-1Je peux ajouter qu’à nos différents retours d’escapades, « souvent je me suis couché de bonheur » !

IMG_9723Bonne semaine à tout le monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OMAHA BEACH

Série vagabondages restreints – n°5.

Omaha est l’une des cinq plages du Débarquement utilisée par les Alliés pendant la 2nde Guerre Mondiale. (Omaha : nom de code donné par les Alliés)

IMG_1914

IMG_1196On l’appelle aussi bloody Omaha (Omaha la sanglante) car elle fut celle où il y eut le plus de morts des Troupes Alliées américaines.

IMG_1188Le 6 juin 1944, à l’aube, la première division américaine «la Big Red One» et la 29è division débarquent sur cette plage située sur la commune de Colleville-su-mer.

IMG_1189Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer est situé juste au-dessus de la plage d’Omaha.

IMG_1200Ce cimetière est une concession américaine, et sur 70 hectares sont honorés 9387 soldats tombés au combat pendant la bataille de Normandie.

IMG_1187Ces soldats ont des stèles blanches en marbre de Carrare et alignées de façon impeccable.

IMG_1201Au cœur du cimetière, dans l’axe central, s’élève, de forme circulaire, une chapelle pour honorer les héros tombés lors du Débarquement.

IMG_1192A l’intérieur, l’autel, en marbre des Pyrénées, porte l’inscription « je leur donne la vie éternelle et ils ne périront jamais ».

IMG_1216Devant nos yeux, entre ciel et mer, avec recueillement et sérénité nous ressentons un sentiment impressionnant difficile à décrire. La gorge serrée, nous prenons conscience que ceux qui reposent là ont permis la libération de l’Europe.

IMG_1203Un mémorial imposant (en pierre de Vaurion des carrières de Dijon) rappelle le coût des vies humaines de ce sanglant combat. Au centre du mémorial, s’élève une imposante statue en bronze de 7 mètres de haut. Elle exprime l’âme de la jeunesse américaine s’élevant des flots. Elle est l’œuvre de Donald De Lue.

IMG_1197Sur le chemin du retour, nous ferons halte à Arromanches qui est célèbre pour son port artificiel (avec un nom de code : Neptune)

IMG_1232(vestiges du port)

IMG_1231Le jour de notre visite un beau carrousel trônait sur la place près du musée. Est-il toujours là en 2020 ?

IMG_1234De retour à la maison, patte avant-patte arrière, j’essaie de former (avec application) un cœur pour exprimer le ressenti de cette journée empreinte d’émotion.

IMG_6111-3

IMG_1194A la semaine prochaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ETRETAT

Série vagabondages restreints – n°4.

Après notre plaisant séjour en « Haute Normandie » à Sassetot-le-Mauconduit (où je vous ai emmené sur les pas de Sissi la semaine dernière) nous avons pris le chemin du retour vers la « Basse Normandie » en longeant la Côte d’Albâtre et ses falaises blanches.

Nous prenons le temps d’un arrêt à Etretat qui était, autrefois, un modeste village de pêcheurs…

…et, est devenu au XIXè siècle, une station balnéaire en vogue.

Des écrivains (Guy de Maupassant, Gustave Flaubert), des peintres (Claude Monet, Eugène Boudin, Gustave Courbet…) participent à la renommée de ces falaises de craie blanche et des plages de galets. Ce morceau de littoral cauchois est également célèbre grâce à « l’Aiguille creuse » décrite dans une histoire de Maurice Leblanc «le père» d’Arsène Lupin.

De la plage nous pouvons apercevoir la Chapelle Notre-Dame-de-la-Garde qui veille du haut de la falaise sur les pêcheurs.

Après avoir parcouru la plage de galets (dur…dur… pour mes coussinets…)…

… et écouter un concert de mouettes…

…où j’ai l’air d’en intriguer quelqu’une…

…les filles décident (au bout d’un long moment) qu’elles ont faim (moi aussi !). J’ajoute que j’aime le poisson et nous sommes là où il faut…

Après le repas, nous découvrons un des plus anciens édifices d’Etretat, c’est le Manoir de la Salamandre. Cette maison, construction typique du Pays d’Auge, a, en fait, été re-bâtie à Etretat à la fin du 19è siècle et provient de la ville de Lisieux (le pays de Sainte Thérèse).

Après, tout est un peu confus pour moi, poisson, fatigue, voiture, sur le chemin du retour je dors… Au-revoir Etretat et ses blanches falaises.

A la semaine prochaine…

 

 

Sur les pas de SISSI en NORMANDIE

Série vagabondages restreints – n°3.

Rappel historique : Elisabeth de Wittelsbach, duchesse en Bavière (née le 24 décembre 1837 à Munich et assassinée à Genève le 10 septembre 1898) devient Impératrice d’Autriche et Reine de Hongrie par son mariage le 24 avril 1854 avec François-Joseph de Habsbourg (né le 18 août 1830 à Vienne – mort à Vienne le 21 novembre 1916)

IMG_9112-2.jpgSissi ressent souvent le besoin de quitter la Cour de Wien où elle étouffe. En 1875, il est décidé d’aller en Normandie, au grand regret de son mari l’Empereur François-Joseph car le France est une République.

IMG_9122.jpgL’endroit choisi est le château de Sassetot-le-Mauconduit situé au milieu des champs et au bord de la Manche. L’air iodé avait été déclaré bénéfique pour elle et pour sa fille chérie Marie-Valérie…

IMG_9073.jpgLe train impérial arrivera en gare de Fécamp le 31 juillet 1875 à 8 h 50. Sissi voyage «discrètement» escortée d’une suite de plus de 60 personnes (dont deux boulangers viennois avec des sacs de farine hongroise et trois fours ambulants pour les petits pains viennois. Dans les bagages une énorme malle noire intrigue : c’est le lit de fer de l’Impératrice qui ne la quitte jamais..

IMG_9094.jpg

Elle a également amené trois de ses chevaux (deux bais et un alezan « Zouave ». Son grand chien Shadow est du voyage… Il la suit comme son ombre et dort à la porte de sa chambre.

IMG_9120.jpgLes bains de mer ont lieu à la plage des Petites Dalles. (une allée couverte en toile protège la souveraine des regards)

IMG_9082.jpgL’équitation n’est pas en reste, et en s’entraînant aux sauts d’obstacles, elle fait avec son cheval « Zouave » une chute très sévère le 11 septembre 1875. Elle reste assez longtemps inanimée et sans mémoire au réveil.

L’Empereur prévenu lui demande d’être plus sage et ajoute « que ferais-je sans toi, le bon ange de ma vie. »

IMG_9069.jpgA Sassetot, nous sommes allés, entr’amis fêter un anniversaire… sur les pas de Sissi…

IMG_9110.jpgL’accueil fort agréable, nous a permis de nous replonger dans la venue de l’illustre hôte. Dans les archives, il est noté que l’Impératrice occupait l’aile droite. Au premier étage, nous avons découvert sa chambre.

IMG_9117.jpgTout au long des salons, des témoignages nous permettent de vivre un peu hors du temps.

IMG_9111.jpgLe repas et l’ambiance très imprégnée de la Souveraine nous ont fait un agréable souvenir qu’il m’est plaisant de me remémorer. Noter que, comme un prince, je suis confortablement installé sur un fauteuil… et très sage !

IMG_9112-2_2.jpgA la semaine prochaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE MANOIR D’ARGOUGES

Série vagabondages restreints – n°2.

Toujours en Normandie, au cœur du Bessin, près des plages du Débarquement, nous avons découvert un authentique et joli manoir.

IMG_1143.jpgLe Manoir d’Argouges, appelé aussi le Manoir à la Fée, d’architecture romane, gothique et renaissance, est un lieu de légende.

IMG_1138.jpgLe jour de notre venue, une sympathique manifestation avait été organisée.

IMG_1141.jpg

IMG_1159.jpgDès l’entrée, en apercevant, la porte, j’ai su que j’aurais du mal à l’ouvrir avec une patte, comme j’ai l’habitude à la maison !

IMG_1135.jpgLa légende du manoir d’Argouges se raconte ainsi : un dragon terrorisait les villageois qui vinrent demander secours au seigneur des lieux. Courageux chevalier, il terrassa le monstre, mais celui-ci s’effondra sur le preux chevalier! Il fut sauvé par une belle fée qui le délivra à condition qu’il l’épouse et ne prononce jamais le mot « mort ». Mariage, enfants, tout allait bien pendant de nombreuses années. Mais un jour, impatient, le Seigneur qui attendait sa belle depuis un long moment prononça une phrase avec le mot fatidique ! Aussitôt, dans un cri déchirant, la belle perdit la vie. La fée disparut en laissant une main pour empreinte. Certains soirs de pleine lune, elle réapparaît et on entend un murmure bien triste.

La promenade, près des douves et aux alentours du manoir est un moment champêtre qu’on pourrait prolonger à souhait.

IMG_1137.jpg

IMG_1147.jpg

IMG_1150.jpgNous quittons avec regret ces terres  seigneuriales imprégnées de souvenirs légendaires.

IMG_1155.jpgNous sommes tout près de la côte, alors direction Port en Bessin, sur les traces des fêtes de la coquille !

IMG_1171.jpgJ’ajoute qu’avant le tour sur la plage, les filles se sont régalées de fruits de mer, fraîchement pêchés (ne pas m’oublier : j’aime tester les mets fins !).

IMG_1170.jpgChaque année, en novembre, se déroule la fête à la coquille Saint Jacques. Les images parlent d’elles-mêmes.

IMG_1177.jpgA l’heure du retour, fatigué par le grand air, sans bruit, je me suis endormi.

IMG_4234.jpg

A la semaine prochaine.