SISSI et FRANCOIS-JOSEPH en ITALIE

Le 3 janvier 1857, l’Impératrice, Sissi, et l’Empereur, François-Joseph quittent Venise en prenant le train en gare de Santa Lucia (mis en service en 1855)

0010.jpgLeur voyage les conduira, entr’autres à : – Padoue où ils sont accueillis au palais du Comte Papafava (au cœur de Padoue). Ils assistent à une messe à la basilique San Antonio

Photo 022.jpg

Photo 040.jpgIls font également un séjour (toujours politique) à – Milan où ils arrivent le 15 janvier 1857. Ils assistent à un Te Deum spécialement composé pour la circonstance au Duomo.

Photo 355.jpg

Photo 358.jpgUne soirée de gala est organisée à la Scala (là, s ‘avère une supercherie de l’aristocratie). L’impératrice Elisabeth (loin de Vienne) a montré un courage efficace qui a bien servi la politique de l’Empereur.

Photo 367.jpgIls profitent de leur séjour pour faire plusieurs excursions dont une journée à Côme .

IMG_7771.jpg

IMG_7785.jpg

IMG_7662.jpgIls quittent Milan le 2 mars 1857, ils font halte, entr’autres, à Crémone, la cité de Stradivarius. Ils rentrent à Vienne 3 mois et 25 jours après leur départ de la capitale autrichienne. (Sissi revoit enfin sa deuxième fille Gisèle qui n’est encore qu’un bébé, elle est née le 12 juillet 1856).

IMG_0675.jpg

Tout en rêvant à Venise…

Flanel venitien 03.jpg… je vous dis à la semaine prochaine.

 

SISSI en ITALIE (le couple impérial à Venise)

Premier séjour (1856) :  2nde partie

A leur sortie de la basilique Saint Marc, Sissi et François-Joseph observent le quadrige qui orne le dessus de la porte principale.

Photo 069.jpgCes quatre superbes chevaux en cuivre coulé, sont le symbole de la liberté vénitienne. (Ces chevaux ont un temps surmonté l’Arc de Triomphe du Carrousel aux Tuileries, pris par Napoléon en 1797, ils ont été restitués à Venise par les Autrichiens en 1815)). Les chevaux originaux vus par François-Joseph et Elisabeth d’Autriche sont depuis les années 1990 à l’intérieur de la Basilique, ces derniers souffrant de la corrosion de l’air marin. Admirons leurs copies à l’identique.

Photo 100.jpgAprès la cérémonie de bienvenue de ce 25 novembre 1856, le cortège traverse la place Saint Marc pour rejoindre le Palais Impérial qui se trouve à l’autre extrémité. (L’année de mes deux ans, le Palais était en rénovation, à présent on peut visiter neuf des appartements impériaux d’Autriche, c’est le Musée Correr).

0004.jpgLe 29 novembre, le couple reçoit au Palais des Doges, mais l’atmosphère est houleuse.

0012.jpgLe 3 décembre, suite à l’intervention de sa femme, l’Empereur signe des décrets d’amnistie. L’effet se traduit rapidement par de la sympathie au passage du couple. Le 4 décembre 1856, à la Fenice, ils sont accueillis par des ovations.

vlcsnap-2019-11-21-12h08m24s17.jpgIls passent le Noël de l’année 1856 au palais Royal et assistent à la messe de minuit à la basilique Santa Maria de la Salute.

00013.jpgC’est le soir des 19 ans de Sissi. François-Joseph a fait venir un sapin, pour fêter Noël dans la tradition. (Sissi est née le 24 décembre 1837 à Munich).

De sa chambre elle peut apercevoir San Giorgo Maggiore et l’église de la Salute.

0001.jpgLes souverains se promènent souvent dans les rues de Venise.  Loin de Vienne, Elisabeth savoure la liberté de visiter églises et palais à sa guise.

Photo 047.jpg

IMG_0269.jpgExtrait du livre : Venise dans sa splendeur, place Furstemberg

Sissi va beaucoup aimer la vie colorée de Venise. Comment ne pas tomber amoureuse de la Sérénissime, si différente de ses paysages de Bavière, qui s’offre avec noblesse, mystère et flamboyance !

IMG_0270.jpgExtrait du livre : Venise dans sa splendeur, place Furstemberg

Ils quitteront Venise le 3 janvier 1857, soit un premier séjour de plus d’un mois.

IMG_0703.JPGJe continue ma documentation dans un livre superbe « Elisabeth, Impératrice d’Autriche » du Comte Corti, et je vous dis à la semaine prochaine (rendez-vous à la gare Santa Lucia).

 

 

 

 

 

 

 

SISSI en ITALIE (le couple impérial à Venise)

L’année de mes deux ans, nous avons voyagé en Italie, nous en avons profité pour marcher sur les pas de SISSI. Voici en billets successifs répartis sur quatre semaines, « l’histoire de Sissi en Italie ».

Premier séjour : 1re partie

Pour des raisons politiques, l’Empereur d’Autriche, François-Joseph et sa femme l’Impératrice Elisabeth, dite Sissi, doivent se rendre en Italie. L’ambiance prévue n’est pas optimiste car les Italiens haïssent les Hasbourg.

IMG_0692.jpgIls quittent Wien le 17 novembre 1856 avec un cortège de 37 calèches. Le 20 novembre, ils font étape à Trieste. Sissi découvre alors l’Adriatique merveilleusement bleue. Le couple impérial arrive à Venise le mardi 25 novembre 1856 à bord de « l’Elisabetta ».

0012.jpgÀ la descente du bateau, ils sont invités à monter dans une galeggiante (embarcation antique et somptueuse utilisée pour les grandes occasions). Ils accostent ainsi à la Piazzetta, accompagnés de leur première fille Sophie âgée de 18 mois.

Extrait du livre « Sissi et Venise » d’Amable de Fournoux.

Sissi découvre la fastueuse Venise sous la lumière de l’automne, hélas l’accueil de la foule est glacial. Ces faits politiques réels, n’enlèvent rien à la beauté des deux héroïnes.

La première héroïne, Sissi dont le prince Alexandre de Hesse, (frère de l’Impératrice de Russie), finit par dire en écrivant au tsar : « Elle est merveilleuse… elle est unique… et… jolie comme un cœur » en même temps il raillait son accent.

La deuxième, Venise, qu’ Alfred de Musset décrivait à George Sand en 1834 en ces mots «  Venise est la plus belle chose qu’il y ait au monde. Toute cette architecture mauresque au milieu de l’eau limpide… »Photo 058.jpgÀ la descente de l’embarcation, ils franchissent les deux colonnes qui ouvrent la place à la lagune, l’une avec saint Théodore terrassant un dragon (premier patron de Venise) et l’autre avec le lion ailé, symbole de saint Marc, protecteur de Venise depuis 828

IMG_0258.jpgExtrait du très beau livre « Venise dans sa splendeur », Place Furstemberg

(la statue de l’animal mythique pèse trois tonnes et mesure trois mètres de long)

Photo 070.jpgDe leur cortège, ils admirent la surprenante architecture du palais des Doges, dont la silhouette majestueuse est un chef-d’œuvre d’art gothique avec ses arcades légères et ciselées.

IMG_0261.jpgExtrait de « Venise dans sa splendeur », Place Furstemberg

Ils passent devant le campanile, clocher de Saint Marc. Les Vénitiens l’appelaient « le maître de maisons ». Il est surmonté d’un ange doré. Il abritait cinq cloches la Marangona, (elle appelait les travailleurs), la Nona (elle indiquait l’heure de None), la Pregadi, (elle appelait les sénateurs), la Trottiera, (elle appelait les magistrats) et la Maleficio, (qui sonnait les exécutions capitales).

[Le 14 juillet 1902, le Campanile s’écroula après 1 000 ans de veille sur Venise (il n’y eut pas de victimes). Il fut reconstruit en 1912.]

Photo 093.jpgLe cortège se dirige ensuite vers la  fastueuse basilique Saint-Marc aux courbes orientales.

Photo 069.jpgLa foule vénitienne hostile aux souverains par attitude politique est sensible malgré tout à la beauté de l’Impératrice.

La basilique Saint-Marc, inspirée de l’église des Apôtres de Constantinople est construite en forme de croix grecque. Ses coupoles byzantines sont recouvertes d’écailles de plomb et surmontées de croix.

0007.jpgLeur arrivée dans la basilique Saint-Marc est saluée par un Te Deum. Ils sont impressionnés par les marbres et les mosaïques.

Photo 083.jpg

Photo 084.jpg

Photo 085.jpgIls admireront également la Pala d’Oro. Ce retable d’or est richement décoré de 3000 pierres précieuses et 80 émaux.

Photo 076.jpgJe reprends ma lecture et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine, après la cérémonie, place Saint-Marc.

Pour la vie de Sissi, vous pouvez aussi cliquer et consulter les chapitres suivants :

La Bavière sur les pas de Sissi

Vienne, sur les pas de Sissi

La Suisse

Autriche, Sissi et François-Joseph

JOYEUX NOEL (2019)

Douce nuit, sainte nuit !
Dans les cieux ! L’astre luit.
Le mystère annoncé s’accomplit
Cet enfant sur la paille endormi,
C’est l’amour infini ! C’est l’amour infini !

IMG_0695.jpg

IMG_0698.jpg

A tous mes abonnés :

« Joyeux Noël 

Merry Christmas

feliz Navidad

frohe Weihnachten

Buon Natale »

(notez que je profite du sac du Père Noël pour participer à sa grande tournée…)

IMG_0535-1.jpgA l’occasion d’un instant de repos, installé sur la table, tranquillement nous devisons et j’en profite pour souhaiter à mes chers lecteurs, une belle nuit de Noël…

IMG_0577-1.jpgVotre Flanel (qui se prépare pour 2020 !)

En attendant Noël…

Dès le premier jour de l’Avent, le Père Noël est venu s’inquiéter de mes souhaits pour le 25 décembre….

IMG_0594.jpgJe lui ai confié mes secrets, après il parti s’occuper de vos cadeaux…. puis ma maitresse s’est activée pour les décorations…

IMG_0611.jpgJ’aime ce moment de l’année, je peux mettre mon nez (et mes pattes) un peu partout…

IMG_0625.jpgIl y a aussi le miracle des agneaux qui sont debout devant la crèche quand ma maitresse part, et qui sont couchés quand elle rentre !!! Ils doivent se fatiguer pendant son absence…

IMG_0609.jpgLa déco, c’est mon truc, et puis, moi si je fais ça, c’est pour aider…

IMG_0648.jpg

IMG_0612.jpgToutes ces lumières qui scintillent, ça me subjugue…

IMG_0628.jpg

IMG_0630.jpg

IMG_0631.jpg

IMG_0629.jpgIl y a même un petit mystère avec les lutins…. Que je n’explique pas…

IMG_0661.jpgPlusieurs fois, ma maîtresse a retrouvé un lutin dans ma panière…. Qu’ils sont joueurs… Foi de Flanel, je n’y suis pour rien !

IMG_0617.jpgA bientôt… Et à vous tous, belles préparations pour les fêtes de Noël.

 

CHENONCEAU

Je découvre le petit bonus des filles ! Du Clos Lucé, elles « ont filé » vers Chenonceaux !

IMG_0087.jpgL’entrée dans le parc est un régal, les couleurs de l’automne ont paré la nature…

IMG_0064.jpg…et  les cyclamens fleurissent à profusion. Un enchantement pour les yeux.

IMG_0067.jpg

IMG_0078.jpgLe site est, somme toute, bien surveillé !

IMG_0056.jpgQuand on approche du château, sur la gauche, s’étend le jardin Diane de Poitiers. Il couvre 12 000m2.

IMG_0104.jpgAvançons maintenant vers ce château, élégant au-dessus du Cher, il plaît beaucoup à mes deux voyageuses !

IMG_0095.jpgD’ailleurs on l’appelle le château des dames !

IMG_0137.jpgSept femmes ont habité ce château, depuis Katrine Briçonnet (à l’origine de la construction) à Simone Menier (1881-1972) infirmière major pendant la première guerre mondiale qui y soigna plus de 2000 blessés loin des tranchées. Cette femme, de la famille des chocolats Menier, fera également acte de bravoure pendant la seconde guerre mondiale. N’oublions pas Diane de Poitiers, favorite du roi Henri II qui lui fit don du château en 1547. C’est elle qui « construit » le célèbre pont sur le Cher, dotant Chenonceau d’une architecture unique au monde.

IMG_0103.jpgPuis ce fut le tour de Catherine de Médicis, veuve de Henri II, qui éloigna la favorite et installa le faste italien au château.

Vestige du premier château fort, la Tour des Marques revisitée style renaissance.

IMG_0088.jpgEn avançant, c’est la découverte de la porte d’entrée monumentale, époque François 1er, en bois sculpté et peint. Elle porte les armes des premiers occupants,  Thomas Bohier et son épouse Katherine Briçonnet.

IMG_0108.jpgLe vestibule, réalisé en 1515, avec les voûtes d’ogives dont les clés sont décalées donnent un aperçu de la Première Renaissance Française.

IMG_0111.jpgEn pénétrant dans la chapelle, on remarque les vitraux. Ils datent de 1954. Les autres ayant été détruits par un bombardement  en 1944.

IMG_0113.jpgDans cette chapelle sont accrochés une peinture de la Vierge au voile bleu de Il Sassoferrato et un Saint-Antoine de Murillo

IMG_0122.jpgIMG_0115.jpgOn peut y admirer aussi une belle Vierge à l’Enfant en marbre de Carrare de Mino da Fiesole.

IMG_0119.jpgEn poursuivant la visite, arrive la chambre de Diane de Poitiers, avec lit à baldaquin et fauteuils Henri II en cuir de Cordoue. Sur la cheminée trône un portrait de Catherine de Médicis (de Sauvage).

IMG_0126.jpg

IMG_0127.jpgLes « filles » diront que, tout au long de leur visite, elles ont été charmées par les magnifiques compositions de fleurs fraîches qui ajoutent un raffinement dans chacune des pièces, (spécialité du château de Chenonceau )

IMG_0128.jpg

IMG_20191012_132710.jpg

IMG_20191012_135051.jpg

IMG_20191012_135227.jpgIl y a d’autres salons et chambres à découvrir, mais suite à une ‘petite panne de batterie’ je suis privé de photos !!!

Cependant, j’ai eu mon petit souvenir, je peux ainsi continuer à rédiger mes brouillons.

IMG_0570.jpg

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LEONARD DE VINCI : LE CLOS LUCE

Léonard de Vinci a 63 ans quand il arrive au terme de son ultime voyage au Manoir du Cloux  (le Clos Lucé) à Amboise.

IMG_0013.jpg

IMG_0053.jpgLe clos Lucé, avec son élégante façade de briques roses et de pierre de tuffeau, se situe à 400 m  du Château royal d’Amboise. Il est entouré d’un vaste parc où Léonard aimait se promener.

IMG_0017.jpg

IMG_0054.jpgIl arrive en France auréolé d’une longue carrière en Italie (Florence où il a eu son propre atelier en perfectionnant sa technique du sfumato, Milan où il sert le duc Ludovic Sforza, Mantoue, Venise au début de 1500 où il est ingénieur pour le doge, Rome au service de Julien II de Médicis où il réalise de travaux hydrauliques… Bologne…).

IMG_0019.jpgFrançois 1er, fasciné par la Renaissance, est un grand mécène des arts. Il permet à Léonard d’exercer son génie en lui versant une pension conséquente ainsi que le titre de « Premier peintre, ingénieur et architecte du Roi »

IMG_9899.jpgFrançois 1er le considère comme un père et une grande amitié les unit. Au Clos Lucé, Léonard vit entouré de l’affection du Roi et de celle de sa sœur Marguerite de Navarre.

IMG_0533.jpg

IMG_9964.jpgIl est libre de rêver, penser, peindre, réfléchir à sa guise durant les trois dernières années de sa vie. De ses fenêtres il peut contempler le château royal.

IMG_0011.jpgDans la chambre de Léonard, le grand lit renaissance à baldaquin est sculpté de chimères et d’angelots.

IMG_9958.jpg

IMG_9962.jpgC’est là qu’il rédige son testament léguant ses manuscrits, ses carnets et ses croquis à son fidèle élève et compagnon, Francesco Melzi qui repartira en Italie. (Noter son écriture à l’envers).

IMG_0579.jpgEn continuant la visite du manoir, se trouve l’oratoire d’Anne de Bretagne. Cette chapelle a une voûte romane, et des nervures bleues ornent la clé de voûte..

IMG_9977.jpgL’atelier de Léonard dégage l’atmosphère quotidienne du peintre.

IMG_9980.jpg

IMG_9981.jpgVient ensuite son cabinet de travail.

IMG_9986.jpgPuis on traverse la grande salle renaissance où Léonard accueillait le Roi et les grands du royaume ainsi que des artistes. Et en fin de visite, des salles rassemblent de nombreuses inventions de Léonard.IMG_0001.jpgJuste avant de quitter l’intérieur du manoir, on découvre le souterrain (qui reliait le Clos Lucé au château royal).

IMG_9997.jpgAprès les filles font une grande promenade dans le parc sur les pas de Léonard

IMG_0021.jpg

IMG_0015.jpgY sont disséminées des reproductions de ses inventions.

IMG_0020.jpgTout près du moulin, est installée une représentation de l’Homme de Vitruve, (c’est la représentation des proportions parfaites du corps humain inscrit dans un cercle et un carré – l’orignal est un dessin annoté à la plume, encre et lavis sur papier vers 1490 – )

IMG_0028.jpg

IMG_0580.jpgParmi les inventions,  on peut traverser « le pont tournant ».

IMG_0031.jpgEt, parmi bien d’autres, au gré de la marche, se dresse l’hélice volante.

IMG_0045.jpgLes couleurs d’automne ajoute au charme du parc.

IMG_0039.jpg

IMG_0015.jpgLa destinée posthume de Léonard de Vinci est énorme et nous profitons de ce génie à chaque fois que nos yeux se posent sur ses chefs d’œuvres que l’on dit entourés d’énigme, de légende ou de mystère.

IMG_0581.jpgLe 2 mai 1519 s’éteint dans la chambre du Clos Lucé le plus grand esprit de son temps et l’un, sinon le plus grand des artistes de l’Histoire. Le mythe Léonard demeure, il reste une énigme, et toutes les lectures et documentaires que j’écoute, bien calé contre ma maîtresse me passionnent.

J’ai même « mon petit Léonard perso »….

IMG_0568.jpgMerci pour vos visites et à la semaine prochaine.

 

 

LEONARD DE VINCI : AMBOISE

Toutes les photos sont à ma portée, j’ai écouté attentivement le récit et le déroulement de l’escapade en Val de Loire. J’essaie de vous le restituer. Commençons à Amboise, par la visite du château royal.

IMG_9920.jpgPosé sur un éperon rocheux, surplombant la Loire, le château d’Amboise de style renaissance doit beaucoup à Charles VIII. François 1er, élevé par sa mère Louise de Savoie, passera son enfance à Amboise. Devenu roi en 1515, il continue à embellir le château.

IMG_9757.jpgLa visite intérieure commence par le promenoir des gardes, c’est une galerie ouverte qui permettait d’observer la navigation sur la Loire.

IMG_9838.jpgLa belle salle du Conseil servait aux réjouissances pour les dignitaires du royaume. La cheminée, allumée en ce mois d’octobre, apporte une note chaude et agréable.

IMG_9794.jpgLes piliers sont décorés de lys et de mouchetures d’hermine, emblème du royaume de France.

IMG_9806.jpgLa salle de l’échanson est décorée de tapisseries des manufactures françaises d’Aubusson.

IMG_9808.jpgPuis c’est la traversée de la chambre Henri II (1519-1559), fils de François 1er . François 1er (1494-1547) ainsi que Catherine de Médicis (1519-1589), épouse de Henri II utilisèrent cette chambre.

IMG_9811.JPGOn peut y admirer la tableau de F.G. Ménageot représentant la mort de Léonard de Vinci dans les bras de François 1er. Les historiens s’accordent pour dire que le jour de la mort de Léonard, le roi était à Saint Germain en Laye.  Mais l’œuvre marque un moment symbolique.

IMG_9815.jpgLa visite continue par la chambre d’Orléans (Louis-Philippe, duc d’Orléans, roi des français en 1830).

IMG_9818.jpgIl reste à traverser le salon de musique et quelques autres pièces, dont la chambre qui fut désignée à l’Emir Abd-el-Kader (1808-1883), alors prisonnier d’Etat (avec sa suite) à Amboise.

IMG_9823.jpgPuis la sortie se fait par la rampe cavalière. Cette rampe en forme d’hélice permettait à chevaux et attelages de rejoindre les terrasses du château depuis la ville.

IMG_9900.jpgEn sortant dans les jardins, je découvre une photo du buste de Léonard. Elle marque l’emplacement original de la Collégiale Saint Florentin. Dans son testament, le 23 avril 1519, Léonard demande à reposer dans la collégiale du Château royal dont il apercevait la flèche depuis le Clos Lucé.

IMG_9855.jpgLa pierre tombale de Léonard sera transférée en 1871 dans la Chapelle Saint Hubert.

IMG_9771.jpgLa chapelle Saint Hubert est de style gothique flamboyant.

IMG_9762.jpgUn décor de bois de cerf sur la flèche honore Saint Hubert, patron des chasseurs.

IMG_9904.jpgAprès les filles font une grande promenade dans le parc, où un véritable amphithéâtre de verdure arboré de buis et de cyprès offrent un décor de Toscane. Ensemble harmonieux et paisible.

IMG_9868.JPGUn splendide cèdre du Liban planté à l’époque du roi Louis-Philippe, laisse entrevoir le château et ajoute à la magnificence du parc.

IMG_9887.jpgEn se retournant, elles aperçoivent le Clos Lucé depuis le château Royal.

IMG_9891.jpgElles quittent le château soleil couchant…IMG_9933.jpgD’après les photos, je vois qu’elles décident de partir sur les pas de Léonardo quand il arpentait les ruelles d’Amboise et posait son chevalet au détour des rues.

IMG_9902.jpg

IMG_9911.jpgDernier petit tour au bord de la Loire et je présume qu’elles rentrent à l’hôtel…

IMG_9917.jpgAvec toutes ces photos, je rêve….

… et je fais rêver Minouchette……

A la semaine prochaine… Nous irons au Clos Lucé…

 

 

LEONARD DE VINCI (1519-2019)

Je viens vous confier une grande déception, voire une colère (maîtrisée !).

IMG_0227.jpgUn matin de ce début octobre, ma maîtresse me prévient qu’elle part, avec son amie sur les pas de Léonard de Vinci car l’année 2019 s’avance et elles ont envie d’aller à Amboise pour s’imprégner de l’hommage rendu au maître toscan pour le 500ème anniversaire de sa mort.

C’est-à-dire qu’Amadeus (le chat de son amie) et moi, on n’est pas du voyage !!! La honte ! Certes tout est préparé pour que notre confort n’en pâtisse pas, mais…. Je reste, triste, déçu, résigné !

IMG_0297.jpgPassé le moment de grande amertume, il me reste à me plonger pendant les deux jours de son absence dans la vie de Léonard ! Je me dois de me cultiver même si je ne suis pas du voyage !

IMG_0505.jpgC’est parti, je découvre la vie de cet homme brillant, dont le génie n’est pas qu’en peinture ! Leonardo est né à Vinci, près de Florence, en Toscane, le 15 avril 1452. Il est le fruit d’une relation illégitime entre un notaire et une paysanne. Elevé par son grand-père, c’est un autodidacte qui doit tout son génie à l’observation. En 1467, il devient l’élève de Verrochio à Florence. Il aide son maître (Andrea Del Verrochio) à peindre le Baptême du Christ (les anges à gauche). C’est ainsi que Verrochio s’aperçoit que l’élève a dépassé le maître. (l’œuvre est à la galerie des Offices à Florence).

605px-Andrea_del_Verrocchio,_Leonardo_da_Vinci_-_Baptism_of_Christ_-_Uffizi.jpg

Il peint l’Adoration des mages (œuvre aux Offices à Florence). Ce tableau est inachevé car Léonard quitte Florence pour Milan.

759px-Leonardo_da_Vinci_-_Adorazione_dei_Magi_-_Google_Art_Project.jpgTrès beau jeune homme, intelligent, brillant… Léonard, doué dans tous les domaines est une des plus grands figures du Quattrocento.

IMG_9970.jpgEn 1482 il se met au service du duc de Sforza à Milan. En 1483, il commence le tableau de la Vierge aux rochers commandé pour illustrer une chapelle de l’église San Francesco Grande à Milan (oeuvre au musée du Louvre).

454px-Leonardo_Da_Vinci_-_Vergine_delle_Rocce_(Louvre).jpg

Entre 1494 et 1498, il peint la Cène. Cette œuvre murale se trouve actuellement dans le réfectoire du Couvent de Santa Maria delle Grazie à Milan.

Leonardo_da_Vinci_(1452-1519)_-_The_Last_Supper_(1495-1498).jpgEn 1503 il commence le (célèbre) tableau de La Joconde, avec sa technique du sfumato..

515px-Mona_Lisa,_by_Leonardo_da_Vinci,_from_C2RMF_retouched.jpg

Il est en même temps architecte, inventeur hors pair, visionnaire, sculpteur, auteur de spectacles lyriques, philosophe, dessinateur. J’ajoute qu’il est gaucher (ce qui fera plaisir à ma maîtresse…)

530px-Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour.jpg

En 1516 il quitte l’Italie où il a beaucoup voyagé (Florence, Milan, Mantoue, Venise, Rome…) et il vient au Clos Lucé à Amboise sur l’invitation du roi de France, François 1er. Léonard traverse les Alpes avec sa mule et apporte avec lui quelques tableaux : la précieuse Joconde, le Saint Jean-Baptiste (qu’il achève au Clos Lucé), la Vierge, l’Enfant-Jésus et Sainte Anne (qu’il continue au Clos Lucé mais laisse inachevé)..

(On dit que Léonard a souvent du mal à terminer ses œuvres).

En France sa vie est heureuse, ce touche-à-tout génial s’exprime avec bonheur, protégé par le Roi François 1er. Je découvre ses rêves et sa personnalité. Maintenant que le canevas de sa vie est tracé, j’attends fébrilement le retour de ma maîtresse pour découvrir ses clichés et vous les faire partager. Après une bonne sieste, au bruit de la clé dans la serrure, je tends l’oreille, j’entends son pas, toute tristesse est écartée, je l’accueille en ronronnant, avec un câlin !

A la semaine prochaine. Rendez-vous à Amboise…

.