Eté 2018

J’ai tardé, me direz-vous,  chers lecteurs, à vous donner des nouvelles.

J’explique : mon ami Zadig, que je vous ai présenté en février 2017 dans la rubrique « Ma Normandie » nous cause beaucoup d’inquiétude.

Comme vous le voyez dans la photo ci-dessous, nous sommes deux copains devenus inséparables (sauf le temps des vacances).

IMG_9383.jpg

Moi, je suis voyageur, vous l’avez lu.

Zadig, lui, est casanier et philosophe. D’ailleurs le voici en pleine réflexion

IMG_0791.jpg

Donc, ce printemps, quand je suis parti explorer de nombreuses contrées, lui est resté à philosopher. Je vous invite à consulter son blog tout en humour, sur le site « Zadig sans Voltaire ».

A mon retour, nous nous sommes retrouvés, nous avons partagé nos petits secrets de vacances et nous avons repris nos petites balades dans le jardin.

IMG_2597.jpg

Toujours joueur,

IMG_3616.jpg

Amateur de jolies fleurs,

IMG_3498.jpg

Un brin espiègle, notre « petit chou roux » comme ma maîtresse le surnomme quelquefois a de gros ennuis de santé.

Lui, qui, dans la vie, a un cœur « gros comme ça » est tombé gravement malade du cœur. Depuis, nous vivons dans l’incertitude. Ma maîtresse le soigne avec beaucoup d’amour et moi, je veille sur lui sans cesse.

IMG_1064.jpg

Espérons que cette maladie ne va pas éteindre notre petit lutin, notre gentil rayon de soleil et  ses petites malices et qu’il remettra de la joie et de l’animation dans la maison.

Je croise les pattes !

IMG_9385.jpg

Publicités

NORMANDIE : le printemps

Dès le début avril, après un hiver bien pluvieux, les coucous ont été les premiers à nous annoncer le printemps.

IMG_0865.JPG

Puis, attendues avec impatience, « nos hirondelles » sont arrivées et ont retrouvé leur nid. Dès le 7 avril, c’est concours de chant, ça truissote à tout-va.

IMG_0901.JPG

On profite de ces premiers beaux jours pour faire un petit saut à Deauville. Là, sur les planches, les moineaux font « leurs gourmands »

IMG_0650.JPGIMG_0653.JPG

Je reste sage, tout en surveillant leurs allées et venues, en goûtant un petit peu moi aussi de la gaufre ! quand même….

Au retour nous prenons le chemin des écoliers, et nous arrivons au Manoir de Coupesarte.

IMG_0881.JPG

Là, la famille canard, nous attendait avant d’aller prendre un bain.

IMG_0886.JPGIMG_0887.JPG

Ici, ou là, dans la campagne, sous les pommiers en fleurs, nous avons aimé caresser les ânes qui n’ont pas manqué de venir à notre rencontre.

IMG_0943.JPGIMG_0934.JPGIMG_0974.JPGIMG_0966.JPGIMG_0947.JPG

Ce printemps 2018 est exceptionnel : trente trois degrés (33° ! ) dans mon jardin le 20 avril ! Inespéré. C’est l’explosion des couleurs, des parfums, de la légèreté et du renouveau.

A l’ombre, à l’affût, je guette, j’épie, j’aperçois….

IMG_1135.JPG

Tout près de moi, pendant que les mésanges zinzinulent gaiement, une grande habituée, roucoule à gorge déployée, c’est une de nos tourterelles. J’ajoute que, quelquefois, ainsi bien tapi je claque des dents, c’est dans mes gènes de félin !

IMG_0767.JPG

Je surveille aussi le merle siffleur, lui, c’est un vrai mélomane, des heures entières, pour notre plaisir, accompagné de la grive musicienne, ils chantent. Il est aussi très gourmand et je peux témoigner qu’il aime les croquettes félines !

IMG_1011.JPG

Dans la soirée, ou tôt le matin, dans mon jardin, entouré de tous ces chants d’oiseaux, qui trillent et s’égosillent, je hume avec bonheur le parfum des pommiers en fleurs qui se sont parés de leurs beaux atours, cette fragrance suave et si particulière, me ravit les narines.

IMG_0980.JPG

En attendant l’été qui approche, avec mes copains, à la campagne, je joue…..….

IMG_0925 bis.jpg

A bientôt.

CHAM’un jour, CHAM’toujours (2e partie)

Quelques jours après notre arrivée, une promenade plus reposante (pour moi) s’est effectuée en Italie. Juste le temps de monter dans la voiture et nous voilà partis vers le Tunnel du Mont-Blanc. C’est à deux pas ! Avant de franchir le tunnel nous nous arrêtons devant le Mémorial qui rappelle le terrible et funeste accident de mars 1999.

IMG_7652.jpg

La traversée (d’une quinzaine de minutes) ne m’enchante pas mais je dois reconnaître que ces 12 km se font bien et nous permettent de découvrir, dès la sortie, la Vallée d’Aoste. La ville d’Aoste par un bel après-midi ensoleillé nous offre un agréable moment et on en profite pour se restaurer.

IMG_8041.jpg

IMG_0816.jpg

Nous découvrons, rue San Anselmo, la maison de naissance de saint Anselme. C’est une construction raffinée de la fin du Moyen-Age. [Saint Anselme, né en 1033 – ou 1034 – en Italie, a été abbé du Bec, en France, puis il est nommé  archevêque de Cantorbéry, en Angleterre, où il est mort en 1109].

IMG_8058.jpg

Petit détour par l’église, de différents styles, elle ne nous laisse pas indifférents.

IMG_8054.jpg

Nous avons la chance d’assister à une fête folklorique,  alors en plus du bon jambon que nous avons rapporté, nos souvenirs sont bien plaisants !

Sur le chemin du retour petite halte à Courmayeur. Le temps d’admirer « l’autre côté » du Mont-Blanc !

IMG_8061.jpg

Après tous ces tours et détours, une chaise-longue me tend les bras, je m’y installe et là je me « papote » un petit discours, rien que pour moi : « J’aime rêver doucement, subrepticement, sans y prendre garde. Que dire de ce beau rêve au pied du Mont Blanc ! Le soleil teinte de rose les monts enneigés et béat je m’imagine gravissant ces parois vertigineuses, sans peur, avec allégresse. Mes coussinets agiles et sûrs m’emmènent toujours plus haut. Plus mon rêve me hisse vers le sommet, plus la beauté m’envahit, plus j’ai l’impression d’être « un alpiniste » chevronné. »

Quand les bras de ma maîtresse m’entourent pour un départ que je sens imminent, la réalité me ramène brusquement au ras des pâquerettes !!!

IMG_1943.JPG

Nous avons aussi pris le temps d’une visite au musée alpin.

IMG_1959.JPG

Tout nous intéresse, en particulier le texte écrit de la main de Jacques Balmat relatant sa première ascension du Mont Blanc (voir notre chapitre Au Pays du Mont Blanc, décembre 2016).

IMG_1965.JPGIMG_1966.JPG

Nous avons également passé un après-midi de promenade autour du lac des Gaillands (on l’appelle le miroir du Mont Blanc). Les canards nageant et s’ébrouant ont occupé toute mon attention pendant que ma maîtresse, elle, admirait le reflet du glacier des Bossons dans ce petit lac.

IMG_2164.JPGIMG_2158.JPG

Une fin d’après-midi radieuse, après nos diverses flâneries, nous avons fait, une petite halte au bar-pub « la terrasse ». Mon goût prononcé pour les coussins est ici exaucé ! J’en profite pour batifoler dans l’extra moelleux.

IMG_2072.JPG

Le style rétro et art déco est charmant.

IMG_1911.JPG

La vue extérieure est parfaite avec nos chouchous « Balmat et Saussure » vus de dos, pointant « notre Mont Blanc » .

IMG_2070.JPG

Nos journées se terminent souvent par la découverte de la gastronomie locale. Une soirée à l’Atmosphère a enchanté nos papilles.

IMG_2114.JPG

Sur nos routes, nous avons eu l’occasion de découvrir quelques mazots décorés, croisés ici ou là sur nos chemins. Ces petits greniers construits à part des habitations portent des noms différents suivant les régions, par exemple en Suisse on peut dire un raccard et en Vallée d’Aoste on peut l’appeler rascard.

IMG_8134.jpg

IMG_2086.JPG

Et puis arrive la fin des vacances, permettez moi ce petit épilogue : à Chamonix, les vacances sont chouettes.

IMG_1926.JPG

En toute franchise, je dois ajouter que je boude un peu quand sonne l’heure du départ

IMG_2141.JPG

Au-revoir le Mont Blanc ! Au revoir Cham’ .

IMG_2097.JPG

CHAM’un jour, CHAM’toujours (1re partie)

Chaque année, avant de prendre la route pour les vacances, je compulse ‘des mètres linéaires’ de livres afin d’être bien au point pour notre voyage. Cette année encore, notre halte à Chamonix est délicieusement préparée par des lectures ciblées. Je dois avouer que j’ai même lu deux fois, le livre de Jean-Claude Charlet,  (De fils en Aiguilles). Ce livre m’a plu et ému !

IMG_2242.JPG

IMG_2241.JPG

Voici, comme promis, la suite de nos pérégrinations de ce printemps.

Nous arrivons à notre hôtel, où tout de suite, je passe en revue mon balcon, mon torrent, mes repères quoi !

IMG_1985.JPG

Ici, à « L’Hôtel de l’Arve »(cliquer pour le site) où je suis chaque année, bien reçu, notre bonheur est simple. Nous y avons nos habitudes et nous prenons notre temps ! Bien lovés dans les fauteuils, face aux Aiguilles de Chamonix et au Mont-Blanc, nous pratiquons, entr’autres, les séances ronron/calinothérapie.

Vous pouvez aisément visualiser la scène : de sa main experte ma maîtresse me gratouille ‘savamment’ derrière les oreilles (c’est la phase ‘calino’ et moi, en échange j’enclenche le ronron du bonheur ! c’est notre phase thérapie !)

IMG_1847.JPG

Moments délicieux, que nous prolongeons jusqu’au soleil couchant. Pas besoin de mots, on est bien tout simplement. La magie du Mont Blanc et sa lumière s’imprègnent en moi, mon pelage en frissonne ! Devant ce si beau panorama, je me demande même si dormir est judicieux !…

IMG_1989.JPG

Le lendemain matin, dès le lever du soleil, j’attends que ses rayons matinaux pénètrent par la grande baie et caressent mes longs poils.

IMG_2177.JPG

S’en suit un rituel : étirements, bâillements, toilette… petites croquettes ! Ainsi préparés, nous pouvons entreprendre nos différentes promenades. On commence par faire un tour en ville, histoire de rendre visite à nos magasins de prédilection, par exemple la Librairie Guérin (d’où on ramène nos livres préférés, c’est le plein pour l’hiver prochain !). Les fameux « livres rouges » font toujours notre bonheur et chaque année notre collection s’agrandit.

IMG_2100.JPG

Avec intérêt également, nous admirons les beaux clichés de la galerie Mario Colonnel. (Cet hiver, de notre Normandie, nous avons découvert son histoire avec Dolma, la petite khampa.)

IMG_2166.JPG

Les autres magasins sont aussi pour le plaisir, la décoration de montagne, les produits de pays, par exemple ! On en profite pour déambuler ainsi dans les rues de Chamonix.

IMG_1920.JPGIMG_1910.JPG

IMG_1946.JPG

Puis au hasard des rues, on se restaure, un jour nous nous sommes arrêtés à la Pointe Isabelle.

IMG_1956.JPG

Cet établissement a une histoire :

Isabella Straton (1838-1918), anglaise instruite et fortunée quitta l’Angleterre pour découvrir l’alpinisme dans les Alpes françaises jusqu’alors inexplorées. Isabella rencontra un guide de haute montagne à Chamonix, Jean Charlet. Ils se marièrent. Tous les deux, ils grimpèrent sur beaucoup de sommets. Entr’autres, l’Aiguille du Midi et le sommet nord de l’Aiguille de Blaitière. Elle a fait la première ascension du Mont Blanc en hiver en janvier 1876. Des années plus tard, les petits-enfants d’Isabella ont ouvert un hôtel à Chamonix. En hommage à leur grand-mère, ils l’ont nommé Pointe Isabelle comme la montagne dans le massif du Mont Blanc qui a été gravie par Isabella Straton pour la première fois en 1875.

Les jours suivants, c’est randonnées pédestres dans les environs. Cette année, sur le petit balcon sud nous avons pris la direction  « le chalet de la Floria ». Chemin faisant, c’est le bonheur dans la nature.

IMG_2124.JPG

IMG_2131.JPGIMG_2138.JPG

A notre programme, il y a eu aussi une excursion dans un village classé, Sixt-Fer-à-Cheval et son cirque surnommé « le pays du bout du monde … »

IMG_8127.jpg

On voulait voir la cascade du Rouget, ce fut fait.

IMG_8114.jpg

Je vous l’avoue, le bruit, très intempestif, m’a fort surpris ! Poils hérissés, queue en point d’interrogation, j’ai dû faire appel à tout mon self-contrôle !

IMG_8118.jpg

Premier moment d’inquiétude passé, je joue le grand aguerri, et de découvertes en découvertes ce cirque m’a bien plu et on a profité un maximum de cette promenade dans un site naturel bien agréable.

IMG_8130.jpg

Je ne vous parle pas, entre deux, des siestes que je suis obligé de faire pour récupérer de toutes ces émotions !

Dans quelques jours… La suite …

LE VALAIS (Suisse)

Avec un petit pincement au cœur, nous quittons notre hôtel coquet d’Annecy pour rejoindre la Suisse. Pendant ce petit « parcours » nous changeons d’hôtel chaque jour pour mieux apprécier nos différentes visites. Un soir ici, un soir là ! Pendant ces quelques jours je fais, contre mauvaise fortune bon cœur car, il faut le savoir, ce n’est pas ce qui me plait le plus. Toujours déménager ! Galère ! Voir « ma tête de chat pas content » ci-dessous !

photo(1).JPG

Ce léger désagrément ne m’empêche pas de vous raconter nos différentes haltes.

IMG_1889.JPGIMG_1885.JPG

Après avoir longé le lac d’Annecy une dernière fois, nous avons pris la route qui passe près du Château Menthon-Saint-Bernard. Du haut de ses mille ans, il est lui aussi, une ancienne maison forte. Avec ses tours et ses tourelles de style savoyard, on le dirait sorti d’un conte de fées. Telle une sentinelle au profil élancé il veille sur le lac.

IMG_1881.JPG

Nous avons continué notre route vers le Col des Aravis en passant par la Clusaz.

IMG_1895.JPG

 

IMG_1897.JPG

Par un temps magnifique, déjà très chaud, nous avons applaudi les coureurs qui participaient au critérium du Dauphiné.

Captura de pantalla 2018-03-10 a las 14.32.01.jpeg

La chaleur m’engourdit quelque peu et je me demande si je ne me suis pas un peu assoupi, et rêvé… !

Copie de Chats cyclistes.jpg

Toujours en route vers la Suisse, nous sommes arrivés au Col de la Forclaz (altitude 1527 m). Ouf un peu de fraîcheur !

IMG_1999.JPG

J’ai croisé là, de beaux spécimens canins, sérieux, aimables, photogéniques, mais impressionnants les toutous !

IMG_2037.JPG

Pas très loin résonnait le tintement des toupins aux cous des vaches. Champêtre et bucolique comme on aime ! Cheminant toujours vers le Valais, nous sommes arrivés à Martigny. J’étais tellement « cuit par la chaleur et les virages » que je n’ai pas vu grand’chose de la ville. Aux abords j’ai aperçu des vignes en terrasse, j’ai entendu dire qu’il fallait acheter du Cornalin, ce vin corsé du Valais aux notes épicées. Et puis j’ai abandonné l’idée « d’avoir les oreilles en campagne » et j’ai dormi, dormi !

IMG_2035.JPG

Quand nous sommes arrivés à SION (capitale du Valais) il commençait à faire chaud ! Si chaud, qu’en début d’après-midi on dépassait les 40°. Là, on a tout de suite su ce que veut dire l’expression locale « eh mais la tchaffe ! »

IMG_2010.JPG

Engourdis par la chaleur, nous avons pris le train touristique (qui s’appelle le petit sédunois) pour faire le tour de la ville. C’est dire !

IMG_2005.JPG

Malgré une température très convaincante, nous sommes allés jusqu’aux sites typiques de la ville.

Surplombant et dominant Sion, sur les verrous glaciaires, nous avons d’un côté, l’église-château : la basilique de Valère, et lui faisant face le château de Tourbillon.

IMG_2024.JPG

 

IMG_2026.JPG

De retour en ville, où chaque escale nous permettant de nous désaltérer est la bienvenue, nous continuons nos visites. En entrant dans l’église Notre-Dame-du-Glarier, la fraîcheur intérieure nous invite au calme et à la découverte. Repos !

IMG_2016.JPG

Le soir avant « d’aller nous réduire » (en suisse : se coucher) pour un repos bien mérité, fatigués et heureux, nous avons dégusté une assiette de charcuterie valaisanne (notre péché mignon) tout en écoutant des artistes de rues qui chantaient ici et là. J’en ai profité pour me faire « cocoler » (dorloter). Ambiance 100% vacances !

IMG_2030.JPG

Puis on a repris le chemin vers la France. Nous avons longé quelque temps le Rhône, encore ‘tout jeune homme’ quant à sa largeur ! Il est quasi à son début de son long voyage vers la Méditerranée.

Avant la frontière, dans la vallée, nous flânons dans le village de Trient. Un vrai petit village de carte postale avec son église rose, niché au cœur des montagnes et dans un nid de verdure où les lupins fleurissent avec bonheur !

IMG_2048.JPGIMG_2050.JPG

Prochain épisode et très bientôt : mes journées calmes et bien-aimées à Chamonix !

ANNECY : la vieille ville

La Venise des Alpes : nous avons l’humeur buissonnière : je vous emmène maintenant faire un petit tour en ville. Le vieil Annecy est un régal. Chaque petite rue nous permet de découvrir un coin charmant.

IMG_1799.JPG

Au hasard, et un peu pêle-mêle, je vous livre quelques descriptions :

– Les vannes du Thiou : elles ont été imaginées par Sadi Carnot, afin d’en réguler le cours. Celle de notre photo est toute petite, c’est pour le plaisir.

IMG_2712.jpg

– Notre Dame-de-Liesse : de nuit comme de jour, elle nous a bien plu avec sa façade néo-classique et son clocher roman ajouré de fines arcades.

IMG_1870.JPG

IMG_1738.JPG

– Le château

IMG_1705.JPG

Il se mérite, surtout quand il fait chaud ! Le chemin grimpe bien, les maisons qui le bordent sont surmontées de cheminées sarrasines aux élégantes silhouettes.

IMG_1785.JPG

Surplombant le lac, ce château jouit d’un cadre exceptionnel.

Notre « ascension » nous a donné chaud, si bel et si bien qu’en redescendant une pause au Fidèle Berger s’impose. Les glaces sont toujours aussi imposantes et aussi bonnes. Moi qui aime tant la vanille, ça m’a bien plu ! Mes moustaches en frisottent rien que d’y penser.

IMG_1845.JPG

Au hasard de nos promenades, nous découvrons l’harmonie chatoyante des fleurs au bord du Thiou (on dit que c’est l’une des plus petites rivières de France avec ses 3,5 km de long !)

IMG_1861.JPG

 

IMG_1867.JPG

Les anciennes maisons qui bordent le Thiou n’hésitent pas à arborer des couleurs ensoleillées. Elles font le charme de la promenade qui nous amène sur la place la plus animée d’Annecy.

IMG_1782.JPG

– L’Ancien Hôtel de Ville : fronton triangulaire, façade agrémentée de balcons protégés par de jolies ferronneries, c’est un édifice harmonieux. (Il est maintenant affecté à Notre Dame-de-Liesse).

IMG_1871.JPG

– Saint François de Sales

IMG_1856.JPG

C’est une figure d’Annecy. Né le 21 août 1567 à une vingtaine de kilomètres de là, il est écrivain puis avocat. Homme de cœur, il se tourne vers la foi et devient prêtre. « Tout faire par amour et rien par force« . Il est sacré Evêque du diocèse de Genève en résidence à Annecy. Il meurt à Lyon le 28 décembre 1622. Ses reliques se trouvent dans la basilique de la Visitation.

IMG_2693.jpg

Et le meilleur pour la fin, notre photo fétiche :

– Le Palais de l’Ile : il mériterait un chapitre à lui tout seul. Cette construction toute en pierres en forme de navire semble fendre les eaux de la tranquille petite rivière. Il est la cible de tous les photographes (en herbe, pour ma patte de néophyte ?).

IMG_0312.jpg

Son histoire est compliquée : c’est une ancienne maison forte, du XIIe siècle, remaniée à plusieurs reprises. Il est situé sur un îlot du Thiou.

IMG_0324.jpg

Tour à tour, il est siège de la judicature, prison, ateliers de monnaies, hospices de vieillards et il a même failli devenir sujet à démolition. Sauvé, il est maintenant classé monument historique. On peut visiter ses cachots et y admirer des expositions.

IMG_0310.jpg

Annecy est une ville attachante qui nous a séduits d’emblée et où on se sent bien. Nous avons stocké beaucoup de beaux souvenirs et notre secret espoir est de revenir l’été pour assister sur le lac au grandiose spectacle pyrotechnique ! (Enfin je me demande si j’aimerai tant que ça le bruit des fusées de ce géant feu d’artifice !)

Avec regret nous quittons notre hôtel douillet.

IMG_1875.JPG

et le charme annécien pour continuer nos aventures.

IMG_1849.JPG

À bientôt pour la poursuite de notre périple alpin.

 

ANNECY et son lac

Printemps 2017. Nous reprenons la route. Je suis heureux. Je suis impatient. La preuve en image :

Dans nos bagages nous emmenons aussi bonne humeur et gaîté.

Notre villégiature cette année commence par Annecy et son lac !

J’ai eu déjà, plusieurs fois, le plaisir de traverser Annecy et de m’y restaurer, par exemple la petite halte ci-dessous :

En revanche, cette année, nous avons décidé d’y rester un bon moment ! Je dois dire que la Venise savoyarde ne nous a pas déçus !

Notre hôtel tout d’abord, un petit bijou de tranquillité en plein cœur de la ville et à deux pas du lac. Je suis reçu avec beaucoup de gentillesse, on me cajole, on me photographie (en fait je fais ma star et ça me plait). Amadeus est du voyage et il se prête aussi avec bienveillance aux séances photos.

Nous avons séjourné à l’hôtel les Terrasses et je remercie mes hôtes de m’avoir reçu avec autant de gentillesse.

Le lit est parfait pour mes ‘micro-siestes de plusieurs heures’. Le jardin arboré et la terrasse sont un régal. Je ne parle pas des coussins moëlleux des canapés qui invitent au farniente et à la méditation paresseuse !

Ce premier jour,  après un moment de repos dans notre chambre, nous allons directement dire bonjour au lac !

Eaux claires et bleu profond, c’est un joyau enchâssé dans un écrin de montagnes, se promener sur ses rives est un vrai délice.

La première phrase qui s’impose à notre esprit est celle du poème de Lamartine : « Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! suspendez votre cours. »

On est si bien, qu’on voudrait que ce moment s’éternise !

Revoir ce lac nous procure toujours le même plaisir. On se laisse bercer par le doux clapotis de ses vaguelettes. S’asseoir sur un banc et rêver, voilà le programme de notre première soirée.

 

Ses petites barques et ses bateaux nous donnent envie de faire une croisière.

IMG_1768

C’est décidé, nous aussi on va naviguer sur le lac ! Quelques heures plus tard nous voilà en partance sur le Libellule pour un dîner gourmet et des images à-tout-va dont je vous livre quelques extraits :

IMG_1780

 

Juste après notre départ nous passons au large de l’Impérial Palace. Et là, nous ne pouvons que penser à ce bateau « le France du lac d’Annecy » qui gît depuis 1971 par 42 mètres de profondeur. C’est émouvant tous ces souvenirs qu’on peut lire dans les archives. En bref, voici son histoire : Le France du lac d’Annecy était un bateau à roues à aubes construit en 1909. Il avait fière allure et accueillait 700 passagers sur 2 ponts. Il a été le témoin des deux guerres et a servi de bâteau-prison aux Allemands en 1944. Les soirées de la Belle Epoque étaient bien loin. Les années passent, en 1965, il est interdit à la circulation. On l’amarre définitivement. Une association pour sa sauvegarde avait été créée. Mais le matin du 13 mars 1971 « le France » a ‘mystérieusement’ disparu. Inquiétudes, recherches. On découvre qu’il a coulé et les hypothèses les plus diverses ont été soulevées quant à son naufrage… En tous cas depuis il repose au fond du lac dans la baie d’Albigny (il fait le bonheur des plongeurs avertis).

Notre croisière continue, nous apercevons les villages et les monts environnants, c’est charmant à souhait, je suis gâté.

À proximité de notre trajet, se trouve le château de Duingt. C’est un ancien château fort. Il se prête magnifiquement aux prises de vue !

La soirée est bien agréable, elle s’écoule dans la meilleure des ambiances, nous apprécions les mets servis. Bien plus tard, après un savant demi-tour notre « Libellule » amorce le trajet du retour.

La nuit tombe lentement, elle nous inonde de couleurs douces et chaudes, après le repas très goûteux, la musique fait tourner les têtes et nous ramène au port.

 

IMG_1728

À quai, le vieil Annecy nous attend tout scintillant des lumières de la nuit

Chaque jour, après notre savoureux petit déjeuner agrémenté, entr’autres, d’un délicieux gâteau de Savoie, nous rejoignons le lac en longeant les bords du Thiou. Au bout, se trouve le canal du Vassé et son célèbre « Pont des Amours ». Ce pont est un des symboles du romantisme annécien. On dit qu’il faut faire un vœu en le traversant, en bon matou, j’ai sacrifié à la tradition ! (mais chut c’est un secret ).  C’est un lieu plein de charme !

IMG_1757

Avant d’arriver au ‘Pont des Amours’, on longe le canal qui est bordé de platanes centenaires à l’abri desquels la promenade est bien bucolique.

IMG_1756

Tous les badauds sont ravis d’être là et après la traversée de ‘la passerelle du jardin public’ on arrive sur le Champ de mars appelé aussi ‘Le Pâquier’. Nous profitons ainsi d’une promenade paysagère de plus de sept hectares. J’en profite pour batifoler sur la pelouse ‘mousseuse’ bien au goût de mes coussinets.

IMG_1703

Tous les jours, nous rendons visite au lac. On se repose ici ou là. Au cours de nos promenades, nous avons découvert Le gnonom du frère Arsène : c’est un cadran solaire multiple et original. Un peu énigmatique à nos yeux, nous en avons fait plusieurs fois le tour ! Il sert à mesurer le temps, il se présente en forme d’étoile. Il a été imaginé par le frère Arsène et inauguré le 22 juillet 1876.

 

Votre matou préféré quitte le lac et vous dit très bientôt, pour la découverte du vieil Annecy.

 

La neige

Au revoir l’hiver !
C’est long l’hiver, surtout les interminables soirées grises. Mais le matin du 7 février en ouvrant les volets, c’est l’émerveillement. Pendant la nuit, et sans bruit, la neige a recouvert d’un beau tapis blanc tout notre paysage.

IMG_0339

Je suis impatient de mettre mes patinettes dans l’épaisseur qui semble moelleuse.  Aie ! aie, aie ! Quelle froideur ! Je ne marche pas, je sautille !
IMG_0255
Voici quelques souvenirs de ma balade qui, parfois, a ressemblé à une épopée :

Écoutez ! tout semble immobile,
La neige endort tous les échos ;
Sans bruit passe la foule agile,
Et sur l’enceinte de la ville
Pèse un mystérieux repos.

(Extrait d’un poème Antoine de Latour.)

IMG_0341

J’avance et je m’enfonce dans la poudreuse, la neige ‘craque’ sous mes coussinets. J’emmagasine des petits glaçons au bout de mes longs poils. Je vais bientôt ressembler à un nounours blanc ! Mais j’avance !

IMG_0355IMG_0368

Dans la campagne, il me faut faire preuve de témérité ! Je n’ai jamais, depuis ma naissance, vagabondé dans tant de blancs flocons !
IMG_0273IMG_0281IMG_0264
Aux oiseaux frileux et aux fleurs si fragiles, je murmure un mot d’encouragement ! Les beaux jours ne sont pas loin.
IMG_0328IMG_0394

Bonjour le printemps !
IMG_0602
Les yeux éblouis, je rentre à la maison pour me réchauffer, un grand repos m’est nécessaire, j’ai dépensé trop de calories !!!
IMG_0409

BORDEAUX – PARIS

Bien reposé, je peux continuer le récit de nos visites bordelaises !

À la fin de notre semaine, parmi nos visites, nous arrivons devant le Palais Rohan (l’actuel Hôtel de Ville) situé face à la place Pey Berland où se dresse la tour du même nom. Majestueuse et élancée, c’est le clocher de la cathédrale Saint-André. Ce campanile (du XVe siècle) est dissocié de la cathédrale car le poids important des cloches (entr’autres un bourdon de 11 tonnes) aurait pu menacer la structure de Saint-André.


Elle est surmontée de la statue de Notre-Dame d’Aquitaine qui culmine à 66 mètres et veille sur Bordeaux.


La Cathédrale Saint-André est entourée d’une forêt d’arcades, elle trône dans toute sa grandeur à côté de la Tour.


Cette église nous paraît immense : 124 mètres de long ! 23 m de hauteur ! Sont passés sous sa porte royale (murée maintenant) des personnages illustres : François 1er, Charles Quint, Louis XIII et Anne d’Autriche (et moi Flanel 1er ! ).


Ses orgues, remaniées de nombreuses fois, sont impressionnantes.

Nos pas nous conduisent ensuite vers le Musée des Beaux-Arts où dans ses jardins nous sommes accueillis par des trompe-l’œil.


Puis comme toujours, avec beaucoup d’intérêt et de plaisir, nous flânons devant les peintures et les sculptures exposées.


Avant de terminer nos « vacances » nous passons à la basilique Saint-Seurin. Elle porte le nom d’un vénérable patron de Bordeaux saint Severinus. Sa construction rassemble différents styles et le tout est entouré de plusieurs légendes.
Cette basilique est reconnue depuis longtemps comme une étape sur les chemins de Compostelle.


La crypte nous enveloppe de douceur et de recueillement. C’est là, un des plus anciens vestiges de la partie du cimetière paléochrétien. La tradition raconte que cette nécropole a été consacrée par le Christ en personne !


Nous terminons notre périple par du shopping. Je pense que vous connaissez les canelés de Bordeaux, cette spécialité est notre péché mignon, alors on n’a pas résisté et on s’est régalé !


Puis on a franchi les portes de la galerie des Grands Hommes pour les petits et grands souvenirs.
En regagnant notre hôtel nous avons croisé une imposante statue de Jacques Chaban-Delmas, célèbre maire de Bordeaux pendant près d’un demi-siècle et Premier ministre de 1969 à 1972. La statue est en bronze, mesure 3,20 mètres et pèse 1 100 kilos. Elle est l’œuvre du sculpteur Jean Cardot, auteur des statues de Winston Churchill et de Charles de Gaulle sur les Champs-Elysées. Elle représente Chaban-Delmas avançant d’un pas énergique, vêtu de son légendaire imperméable.

Enchantés par la ville de Bordeaux, ville surprenante dont les sites incontournables sont nombreux, nous espérons y retourner car il nous reste encore bien des choses à découvrir !

Avec Amadeus, mon sage compagnon de voyage, nous avons pris la route du retour et on vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures.

Petit bonus :

Pour le plaisir nous sommes allés à Paris photographier les statues du Général de Gaulle et de Churchill (du sculpteur Jean Cardot comme cité auparavant).


A bientôt, mon carnet de souvenirs possède encore bien des « trésors »…

BORDEAUX

Pour mes 7 ans (j’en suis tout fier) nous avons fait un voyage à Bordeaux (Burdigala).
IMG_2844
C’est avec plaisir que je vous emmène découvrir mes différentes balades dans cette jolie ville dont nous partageons l’avis avec Stendhal :
IMG_3089
Bien installés dans un hôtel central qui se reflétait dans la construction moderne qui nous faisait face, nous avons pu, à notre rythme, sillonner les rues dont tous les détours nous ont charmés.

Copie de IMG_3207

Sur notre chemin, en premier, nous avons découvert l’église Notre-Dame.
IMG_3182
C’est une église de style baroque du XVIIe siècle. Elle fut dédiée à saint Dominique. Sa façade réunit colonnes et pilastres dans un mouvement ascensionnel. Son architecte s’est inspiré de l’église du Gésu à Rome.
Le bas-relief, au-dessus de la porte centrale, représente la Vierge Marie offrant un chapelet à saint Dominique.
IMG_3182-1

Le maître-autel en marbre blanc et le tabernacle furent réalisés en 1751.
IMG_3187

La tribune d’orgue est considérée comme un chef-d’œuvre de stéréotomie (science de la taille de la pierre) qui témoigne du savoir-faire des tailleurs de pierre bordelais.
L’orgue est un « meuble » en chêne et noyer, orné de statues.
IMG_3186

Après cette visite, nos pas nous ont conduits place du Théâtre avec une petite pause gourmande au Quatrième Mur.

IMG_3386IMG_3387

Tout en continuant de cheminer nous sommes arrivés place des Quinconces. Nous découvrons là le monument aux Girondins. Cette colonne a été élevée entre 1894 et 1902 à la mémoire des députés Girondins victimes de la Terreur. La colonne est surmontée de l’ange de la liberté.
IMG_3247IMG_3233

De part et d’autre de la colonne se situent deux scènes qui constituent la fontaine des Girondins. Elle est composée de 34 sculptures de personnages et d’animaux.
Une scène est vouée au triomphe de la République et l’autre au triomphe de la Concorde. Le cheval est particulièrement présent : 4 pour le triomphe de la République et 4 pour le triomphe de la Concorde, ce ne sont pas de chevaux ordinaires mais de chevaux marins. Au premier regard ce sont les sabots à griffes ou palmés qui attirent notre attention, puis après on découvre leurs différentes particularités. Cet ensemble nous offre matière à belles photos.
IMG_3238

Mes patinettes sont fatiguées, nous rentrons, et après une bonne nuit, frais et dispos, nous repartons vers les lieux charmeurs de Bordeaux.

Avec plaisir nous découvrons « la Grosse Cloche », ou la porte Saint-Eloi (hauteur 41 m). C’est l’ancien Beffroi de l’hôtel de ville et elle est imbriquée dans les constructions voisines, notamment avec l’église Saint-Eloi.
IMG_3118IMG_3122
Armande-Louise, c’est le nom de baptême de la Grosse Cloche. Elle sonne 6 fois par an pour de grandes occasions et le 1er dimanche de chaque mois à midi (depuis juillet 2016).
« Mes coups marquent le temps, ma voix appelle aux armes, (…) j’ai des chants pour tous les bonheurs, pour tous les morts j’ai des larmes » (inscription gravée en latin sur la face intérieure de la Grosse Cloche, fondue en 1775 et pesant 7 750 kg !)
Une plaque rappelle et traduit cette inscription latine :
IMG_3121 bis

Traversant plusieurs quartiers typiques, nous arrivons à l’église Saint-Michel, sa flèche est impressionnante. Elle culmine à 114 mètres, c’est le monument le plus haut de tout le sud-ouest. Elle possède un carillon de 22 cloches qui sonne tous les quarts d’heure.
Malheureusement cette église était fermée, nous n’avons pas pu faire nos rituelles photos, alors on a musardé et marchandé sur la place très bigarrée qui rassemble de multiples déballages et antiquaires.
IMG_3140

Chemin faisant, nous sommes arrivés sur les quais de la Garonne, en passant devant la porte Cailhau, d’une hauteur de 35 mètres, c’était une porte défensive. Elle fut érigée à la fin du XVe siècle.
IMG_3149.JPG

Tout en continuant notre promenade, on admire le « Pont de pierre »
IMG_3142
On ne pourra pas s’abstenir d’y revenir pour l’admirer à la nuit tombée.

IMG_3428

Le pont de pierre a 17 arches, comme le nombre de lettres du nom de son commanditaire :  N-A-P-O-L-E-O-N   B-O-N-A-P-A-R-T-E .

Nous voilà quelques pas plus loin vers « le joujou touristique » de la ville : le miroir d’eau.
IMG_3152
Quel bonheur, le ciel bleu de cette fin septembre est un vrai régal et, comme des enfants, on profite des fins jets d’eau qui nous diffusent un moment d’insouciance.
IMG_3162

Notre promenade se passe sous les meilleurs auspices et, place de la Bourse, on en profite pour se restaurer au « Gabriel ». Sa qualité de table remarquable participe au voyage de nos papilles !

Nous amorçons le retour vers l’hôtel en passant devant les beaux immeubles où nous admirons les mascarons bordelais (de l’italien mascherone : masque). Les artisans, pour leur plaisir, créaient ces personnages pour la plupart souriants.
IMG_3284

Enfin arrive l’heure d’un gros dodo, c’est fatiguant, pour un matou, tous ces détours !

… À très bientôt pour découvrir la fin de notre séjour…