Printemps 2019 : retour de voyage

Le soir du retour, fatigué, un peu tristounet par la fin de nos déambulations, mais heureux de retrouver la maison, je me suis endormi en songeant à mon jardin que je retrouverai dès demain matin.

IMG_9174.jpgSitôt levé, après les croquettes…

… je passe tout en revue et je retrouve Minouchette, qui, mi-sauvageonne, mi-câline, est restée sagement dans « nos terres » et nous attend pour le « débriefing ».

IMG_6284.jpgAprès lui avoir raconté notre périple, ma maîtresse et moi, lui confions que les années passant, nos souvenirs deviennent plus nombreux que nos rêves.

IMG_6064.jpgPromenade et retrouvailles de nos « habitués ». Les tourterelles, familières, volent et roucoulent en ce printemps dans le jardin.

IMG_8082.jpg

IMG_8085.jpgLe rouge-gorge friand de mes croquettes n’hésite pas à venir manger « dans la main de ma maîtresse ».

IMG_6375.jpgLes hirondelles sont, comme chaque année arrivées en avril et déjà une première nichée montre le bout de leurs becs…

IMG_8492.jpgLes mêmes… quelques semaines plus tard…

IMG_8555.jpgN’oublions pas nos mignonnes et fidèles mésanges,  ni le merle et la merlette, vifs et grands mélomanes ! Tout ce petit monde dans le jardin est un vrai bonheur.

IMG_6418.jpgIl y a aussi « pépère » vieil habitué du jardin depuis plus d’une dizaine d’années.

DSC_3585.jpgDans mes moments d’intense activité, il m’arrive d’être très joueur, auquel cas je m’amuse à faire sursauter les oiseaux

IMG_3104.jpgL’après-midi je devise tranquillement avec Minouchette avant d’entamer une belle sieste.

IMG_0214.jpgLes vacances du printemps 2019 sont bel et bien finies, mais il me reste encore beaucoup d’escapades (de ma jeunesse) à vous raconter. Alors je vous dis à (très) bientôt, sur d’autres itinéraires.

P.S. Si vous trouvez que je fais trop de siestes, n’hésitez pas à me réveiller.

BOURGES

Pour rejoindre Bourges, étape d’un soir avant la Normandie, il nous fallait quitter Chamonix. Là, j’ai été grandiose ! J’ai montré mon désaccord total quant au départ ! Au lieu de paresser sur le balcon, comme je le fais tous les matins, je me suis ingénieusement glissé sous le lit, à l’endroit où il est bien difficile de m’attraper ! Ma maîtresse n’a pas pu immortaliser le moment, car elle s’est armée de patience au lieu de s’armer de l’appareil photo. Enfin, patience, est un grand mot ! On peut dire que j’ai été « délogé » de mon refuge à la montagne…. [fin de més-aventures]

IMG_4019.jpgUne fois arrivé dans la voiture j’ai un peu boudé, histoire de dire que je n’aime pas m’en aller d’ici !

IMG_7899.jpgEt puis, on a roulé, roulé, j’ai daigné m’intéresser au paysage, quand j’ai entendu parler de champs à « la Monet »

IMG_7787.jpgA Bourges, halte agréable d’un soir dans le Berry, je me suis laissé prendre au charme de la vieille ville. Notre cheminement commence place Gordaine et ses jolies maisons à pans de bois.

IMG_7873.jpgEn empruntant la rue Bourbonnoux, nous passons devant l’Hôtel Lallemand, édifice construit vers 1500, de style première Renaissance.

IMG_7871.jpgNous arrivons ainsi à la cathédrale Saint-Etienne. De style gothique et de taille impressionnante, elle est une des plus grandes de France (elle a été consacrée en 1324).

IMG_7857.jpg

IMG_7892.jpgLe chiffre Cinq (sans doute en référence aux cinq plaies du Christ) est présent dans tout l’édifice. Cinq portails, cinq nefs, cinq niveaux de pierre et de lumière. L’ensemble des cinq portails de la façade occidentale est unique en France.

IMG_0136.jpgElle ne possède pas le plan habituel en croix latine, c’est un grand vaisseau de cinq nefs.

IMG_7806.jpgLes sculptures et les vitraux sont remarquables.

IMG_7839.jpg

IMG_7808.jpgL’horloge astronomique dont le mécanisme date de 1424 est une des plus anciennes conservée en France.

IMG_7829.jpgLes grandes orgues sont en chêne sculpté et reposent sur une tribune à encorbellement.

IMG_7846.jpgNous trouvons le symbole du Pélican. (le père s’ouvre la poitrine pour redonner la vie à ses petits par l’effusion de son sang). La cathédrale de Bourges est surmontée d’un pélican et non d’un coq comme sur la plupart des autres églises (le coq est le symbole du Christ ressuscité).

IMG_7834.jpgEt, au hasard des nefs, voici quelques photos,

A Bourges il y a aussi le Palais Jacques Cœur (ce dernier était l’argentier du roi Charles VII). Construit entre 1443 et 1451, le palais était fermé à l’heure de notre arrivée, donc pas de visite…

Le lendemain, au soir du retour, d’un bond, j’ai quitté la voiture seul comme un grand, pour retrouver « mon chez-moi ».

Flanel.jpgA la semaine prochaine (je serai dans mon jardin).

CHAMONIX : les heures dorées

Pour saisir l’heure dorée, il faut le matin se lever tôt, car elle arrive quand la nuit hésite à partir et que le soleil subrepticement va arriver. D’où ma première photo matinale à 4h24 en ce début juin.

IMG_7347.jpgJ’ai pu saisir ces instants magiques où les plus hautes pointes « s’ensoleillent » tandis que la vallée dort encore (sauf moi, chat matinal, chat-va-de-soi)

IMG_7348.jpg Petit à petit, le massif s’éclaire des rayons lumineux

IMG_7350.jpg

IMG_7351.jpg

IMG_7356.jpgIl est maintenant 7 h 12, la vallée entière va bientôt profiter de la chaleur bienfaisante du soleil.

IMG_7357.jpg

IMG_7367.jpgUne autre heure dorée, c’est le soir, et à Chamonix, j’ai plaisir à attendre ce moment magique où tout le massif s’embrase des couleurs chaudes du couchant.

IMG_7327.jpgPetit à petit, le soleil remonte les pentes, et seul, le roi flamboie encore. Moment émouvant où dans un dernier au-revoir le soleil colore la paroi du Mont Blanc avant que la nuit n’habille la terre.

IMG_7454.jpgDans ces moments là, nous sommes riches d’images.

IMG_7451.jpgVous comprendrez qu’à Chamonix, mes nuits sont toujours courtes, puisque j’aime regarder les lumières s’allumer dans la montagne tard le soir, et tôt le matin, je guette les premiers rayons du jour.  Alors….

IMG_7336.jpgMais le séjour se termine et une fois encore, je vais quitter ce coin de Haute-Savoie, le vague à l’âme, en reprenant une phrase de John Ruskin, « au cœur des Alpes, totalement belles, il y a Chamonix ».

Fini le temps des vacances à la montagne !

A la semaine prochaine (on parlera du retour)…

Si vous souhaitez vous promener dans la vallée de Chamonix, cliquer sur les liens des différents billets précédents (ci-dessous).

Chamonix, à chacun son Mont Blanc

Le tramway du Mont Blanc

Cham’ un jour, Cham’ toujours II

Cham’ un jour, Cham’ toujours I

Chamonix, une belle rencontre

Au pays du Mont Blanc

CHAMONIX : un tour en ville

Chamonix, c’est une carte postale, pour vous la faire partager, je vous emmène faire un petit tour… en ville…

IMG_7597.jpgEn premier, direction côté Brévent, nous trouvons l’église Saint Michel de style baroque alpin.

IMG_7426.jpgIci les vitraux, colorés et lumineux, attirent à nouveau notre attention. Ils sont en totale concordance avec la vie montagnarde (skieurs, alpinistes…).

IMG_7418.jpg

IMG_7419.jpgTout à côté se trouve la Maison de la Montagne (c’est l’ancien presbytère). Elle  abrite la célèbre Compagne des Guides de Chamonix, créée en 1821.

IMG_7752.jpgNous passons ensuite devant la mairie. C’était l’ Hôtel Impérial. L’inauguration, présidée par le président A. Fallières, eut lieu le 7 septembre 1910.

IMG_5649.jpgAu fil des rues nous (re)trouvons le charme des décorations montagnardes.

IMG_7446.jpg

IMG_7740.jpgNotre place préférée, le « petit bijou » du centre ville, où trônent les statues de Jacques Balmat et H.B. de Saussure, sans oublier un peu plus loin celle du Docteur Paccard, compagnon de Jacques Balmat lors de la conquête du Mont Blanc le 8 août 1786.

IMG_7437.jpg

IMG_7435.jpgN’oublions pas l’Arve qui traverse Chamonix, tantôt calme, tantôt remuant.

IMG_7325.jpgRue du Dr Paccard et face au Mont Blanc, vingt  pionniers de l’alpinisme parmi les plus célèbres, sont réunis sur une grande fresque qui nous fait rêver. Elle est aussi la reconstitution du premier bureau des guides.

IMG_7745.jpg

IMG_7445.jpgEn flânant, on emprunte les rues qui descendent vers le cimetière du Biollay. A chacun de nos passages nous aimons le parcourir, avec au gré des allées, des tombes qui suscitent beaucoup de souvenirs.

IMG_7605.jpg

IMG_7608.jpg

Puis nous quittons la ville un petit moment pour suivre l’Arve en direction  de la frontière Suisse. Ainsi nous arrivons au village des Praz avec les Drus en toile de fond de la chapelle.

IMG_7649.jpgNous profitons du grand air et des images pastorales

IMG_7685.jpg

IMG_7689.jpgOn continue vers Argentière et son glacier.

IMG_7666.jpgLe maître-autel de l’église d’Argentière fut rapporté d’Italie à dos de mulets.

Nous finissons par une visite au village natal de Michel Croz, Le Tour. Situé à 1450 m d’altitude, ce village a la réputation d’être le plus enneigé de France.

IMG_7667.jpg

IMG_7668.jpgNos promenades sont à chaque fois un plaisir renouvelé.

J’ajoute que la grande mode, chez mes accompagnatrices cette année, fut l’utilisation d’un podomètre…. Je ne vous dis que ça…. Certains soirs j’entendais des résultats comme « on a fait plus de dix mille pas ». Aussitôt mon cerveau se mettait à faire des calculs savants : car MOI j’ai 4 PATTES !

IMG_9652-1.jpgA la semaine prochaine.

CHAMONIX : la pierre à RUSKIN

Je vous présente John Ruskin dont nous avons approfondi la vie et l’œuvre, dans le beau livre « Les cathédrales de la terre » de André Hélard  aux éditions Guérin.

IMG_8303.jpgJohn Ruskin est né à Londres le 8 février 1819 (décédé le 18 janvier 1900). C’est un enfant doté d’une vive sensibilité et doué pour la contemplation. Fils unique, la fortune de ses parents lui permet de consacrer sa vie à l’écriture. Il devient célèbre grâce à son oeuvre Modern Painters. Il fut critique d’art, écrivain, peintre, photographe, géologue, et fondateur philosophique du mouvement Arts & Crafts.

Il a deux passions : Turner pour l’art et Chamonix pour la nature.

IMG_9577.jpgAjoutons que Marcel Proust apprit l’anglais pour le traduire. John Ruskin fut le professeur de goût de Proust « son initiateur à la beauté ». Il dit qu’il était l’un des penseurs les plus importants du XIXè siècle, et « cet homme, cet immense esprit » tomba éperdument amoureux de Chamonix dès son premier voyage à l’âge de 14 ans. Cet endroit tient une grande place dans la vie et l’oeuvre de John Ruskin. Il fera 18 voyages dans le massif du Mont Blanc de 1833 à 1888.

IMG_7382.jpgA noter : il aime Cham’ et Venise … moi aussi….

Ruskin disait « mes moments de bonheur les plus intenses, c’est au milieu des montagnes que je les ai goûtés». A Chamonix, Ruskin se trouve en adéquation avec lui-même.

IMG_7411.jpgJohn Ruskin écrivait au soir de sa vie « quand je regarde en arrière, les seuls jours de ma vie dont je puisse considérer qu’ils ont été entièrement passés de façon sage et juste l’ont été là où je voyais le  « Mont Blanc, le Mont Rose ou la Jungfrau ».

IMG_7396.jpg(L’an dernier, nous étions au Mont Rose, voir nos chapitres Le Cervin et Whimper et Le Cervin et le Gornergrat.)

IMG_3465.jpgVoilà pour la présentation rapide de John Ruskin…

A Chamonix , le dimanche 19 juillet 1925, on inaugure un médaillon à la « Pierre à Ruskin ».

Ruskin.jpg

Armand Charlet dira dans son livre Vocation alpine « c’était un dimanche, tout était pavoisé… Un défilé avec la musique municipale clôturait la journée… En tête du cortège marchait avec les autorités, un homme à longs cheveux blancs, c’était Paderewski le célèbre musicien ».

Cette année, pleins d’entrain, nous avons décidé d’aller voir « la pierre à Ruskin ». Elle se trouve à flanc de montagne, côté Brévent.

IMG_7427.jpgEn marchant dans ce paysage que nous aimons, les patinettes se posent avec aisance sur le sentier. Je gambade, je suis heureux. Je trottine sur les pas de John Ruskin.

IMG_7387.jpgNous entendons là, une succession de bruits d’oiseaux, de branches furtives, il y a aussi les moments de silence et le murmure de la montagne.

Chat voyageur.jpgCette pierre indique donc la place que privilégie John Ruskin dans les Alpes pour admirer la chaîne du Mont Blanc.

IMG_7404.jpgCette « excursion » au pied du Brévent et face à la chaîne du Mont Blanc, où sont rassemblés une ‘telle collection’ de pics, dômes et aiguilles que les yeux ont du mal à tout embrasser, nous donne, à nous aussi, l’impression d’être en adéquation avec nous-mêmes

IMG_7389.jpg

IMG_7391.jpgEntamant la descente du retour nous évoquons (encore) une phrase de Ruskin « Droit devant nous, là-haut / le glacier étincelle au soleil de midi ».

IMG_7410.jpgRavi et fatigué je rentre pour faire la sieste.

IMG_2933.jpgAlors… Alors… A la semaine prochaine.

 

 

 

 

 

 

 

SKYWAY – Courmayeur (Italie)

Seconde partie : apothéose

IMG_8308.jpgDu pavillon Fréty le SKYWAY nous emmène à la pointe Helbronner (3466 m). Sur la terrasse sommitale, la vue à 360° est un moment unique. Le Mont Blanc et le Mont Blanc de Courmayeur sont à portée de main.

IMG_7510.jpgOn embrasse entièrement le blanc des glaciers, le ciel bleu, et les 4000 des Alpes occidentales. Ce panorama est une vraie friandise.

IMG_7517.jpg

IMG_7520.jpgL’air nous caresse la peau, le regard libre se projette à l’infini et vision magique, nous apercevons le Cervin, bel obélisque triangulaire, toujours présent dans notre cœur.

IMG_7500.jpgEsthétique, harmonieux et solitaire, simple et beau, on se rappelle avec émotion, notre « première à Zermatt » l’an dernier (voir notre billet « Zermatt »  du 1er février 2019).

IMG_7533.jpgA propos du Cervin, j’aimerais le contempler une troisième (et dernière ?) fois au village italien le Breuil Cervinia (là où Whimper aimait le contempler et partir pour le gravir). Qui m’aime m’accompagnera…….

IMG_7537.jpgFaire le tour complet de ce panorama donne le vertige, les moments sont enivrants, les yeux ne savent où se poser tant l’horizon est sublime. Alors on se laisse envoûter par ces sommets en profitant du soleil et mesurant la beauté qui nous entoure.

IMG_7530.jpg

IMG_7527.jpgCe tableau merveilleux, nous raconte des siècles de vent, de pluie, de froid, de soleil, d’escalade, de découvertes. Notre mémoire enregistre ce tableau de l’infini.

IMG_7528.jpg

IMG_7562.jpgLe temps d’une petite pause; nous entrons dans « le bistrot des glaciers » nous dégustons (vite fait) une spécialité italienne et puis nous visitons la salle qui abrite une belle collection de cristaux, en songeant aux cristalliers qui les ont trouvés dans les entrailles de la montagne.

IMG_7553.jpgD’ailleurs je garde précieusement le souvenir rapporté de là-haut…

IMG_8523.jpgBien plus tard, nous reprendrons le skyway, pour la descente.

IMG_7563.jpgSuspendus à quelques mètres de la montagne, on se promène dans le ciel, et, somme toute, oubliant toute sensation de vertige, nous profitons au maximum de ces moments intenses.…

IMG_7561.jpgDe retour dans la vallée, nous irons admirer le glacier de la  Brenva  depuis la petite chapelle Notre Dame de Guérison.

IMG_7572.jpg

IMG_7581.jpgJ’aurais aimé vous faire visiter cette chapelle, mais elle était fermée…

IMG_7585.jpgHeureux et fatigués, nous avons repris la direction du tunnel du Mont Blanc et le retour vers la France s’est effectué, je dois l’avouer, dans une certaine euphorie … due à l’altitude ?… Pour me calmer j’ai câliné ma marmotte italienne.

IMG_7636.jpgSans oublier Amadeus qui nous attendait sagement.

IMG_7601.jpgA la semaine prochaine.

SKYWAY – Courmayeur (Italie)

Première partie : découverte

Un matin de début juin 2019, nous avons pris la direction du tunnel du Mont Blanc via l’Italie, Entrêves/Courmayeur, le Val Veny.

IMG_7588.jpgLe tunnel du Mont Blanc (11 km 600), débuté en 1959, a été inauguré par le Général de Gaulle le 16 juillet 1965, il unissait la France à l’Italie en 15 minutes. C’était alors le plus long tunnel routier du monde. Il passe à l’aplomb exact de l’Aiguille du Midi

IMG_6013.jpgDès la sortie du tunnel, nous arrivons rapidement au pied d’une petite merveille technologique : le SKYWAY (sa publicité dit de lui : « la huitième merveille du monde »… c’est dire…)

IMG_7568.jpgDepuis plusieurs mois, on rêve de devenir des skynautes, c’est chose faite. Cette belle télécabine va nous emmener vers les sommets

IMG_7587.jpgLa montée, qui s’appelle ascension, nous emmène au premier pallier à 2 173 m (c’est le pavillon du Mont Frety).

IMG_7477.jpgLe temps de s’habituer à l’altitude, nous ferons nos premières photos côté italien.

IMG_7467.jpg

IMG_7473.jpgVient à l’esprit de ma maîtresse, une chanson d’autrefois de Patrice et Mario…  « Montagnes d’Italie , souvenir dans ma vie, farandole des chansons tyroliennes, qui s’égrainent… » Puis, on rejoint le sommet à la pointe Helbronner (3466m).

IMG_8246.jpgC’est le rêve de la haute montagne, dômes de glaces, flèches de granit, aiguilles de rocs, neiges éternelles à perte de vue. Les yeux plissés nous sommes éblouis de bonheur.

IMG_7489.jpgLà, on oublie tout, il n’y a que la montagne souveraine, l’air limpide et la neige à portée de patte..

IMG_7558.jpgTout près de nous, impressionnante, se dresse la Dent du Géant (ou aiguille du Géant). Elle culmine à 4 013 mètres, d’un côté la pointe Sella, de l’autre la pointe Graham. Elle se situe sur la frontière franco-italienne (Haute Savoie et Val d’Aoste).

IMG_7483.jpg

IMG_7525.jpgSur la neige, bien en-dessous, des petites silhouettes s’agitent lentement… ils vont rejoindre la vallée blanche…

IMG_7496.jpgJe vous quitte donc le temps d’une grande glisse moi aussi, et je vous dis à la semaine prochaine pour le panorama depuis la terrasse sommitale.

IMG_1899-Flanel-à-la-Montagne-réd.jpgVotre lugeur préféré vous dit à bientôt.

 

 

CHAMONIX : le temps d’un orage.

A l’hôtel, tranquille sur « mon balcon », je rêve devant les parois de granit clair aux arêtes effilées, les Aiguilles de Chamonix appellent le respect. Je les embrasse toutes du regard, sans oublier l’emblématique Aiguille du Midi (3842 m).

IMG_8247.jpgMais voici qu’en quelques minutes le temps change, et nous entendons un grondement. Un orage éclate sur les sommets, il est 19 h 30.

IMG_7695.jpg

IMG_7697.jpg

IMG_7699.jpg19 h 50 : le ciel est partagé

IMG_7710.jpgJe reste en admiration par tant de changements rapides dans la nature.

IMG_7711.jpg

IMG_7713.jpgLe ciel au-dessus du refuge du plan de l’Aiguille est déjà redevenu (presque) serein.

IMG_7714.jpgPendant que le tonnerre gronde, s’ensuit une lutte sur les plus hautes pointes :

IMG_7715.jpgIMG_7718.jpg

IMG_7719.jpgFinalement, aujourd’hui,  c’est le soleil qui l’emporte.

IMG_7720.jpg

IMG_7721.jpgCôté Mont Blanc, le beau temps s’installe à nouveau.

IMG_7725.jpg20 h 25 : quelques épaisseurs cotonneuses demeurent, mais le massif a retrouvé les lueurs du soleil couchant.

IMG_7737.jpg

IMG_7733.jpgPour terminer je dédie un gros quota de ronrons à mes abonnés et lecteurs.

Et à la semaine prochaine.

 

 

Chamonix, Lionel WIBAULT

Pendant l’hiver 2018, nous avons suivi des documentaires sur les chaînes de la montagne qui avaient retenu notre attention. En particulier un guide et peintre avait été présenté. Ses œuvres nous avaient charmés, son parcours aussi. Pendant notre séjour à Chamonix, nous avons tenté de le rencontrer et il nous a aimablement reçus dans son atelier, où nous sommes entrés avec joie et respect. Ce fut un moment de pur bonheur .

Monsieur Wibault sait faire aimer son art et ses passions. Nous le remercions d’avoir si gentiment porté à nos yeux tout son savoir-faire.

IMG_7766.jpg

IMG_7765.jpgIl s’est donné, en tant que peintre, un défi : peindre CENT FOIS le MONT BLANC. Nous avons vu le 74ème, en cours de réalisation. Quel souvenir !

Sa vie de guide n’est pas moins passionnante et impressionnante. Lors de notre passage, en juin 2019, il avait à son actif, 2500 courses, avec, entr’autres, les ascensions du Mont Blanc (88 fois), le Cervin (22 fois) et le Grépon (49). Nous avons eu le privilège de voir toutes ces (ses) courses soigneusement notées dans un cahier extraordinairement écrit, la vue, d’une vie si bien remplie,  nous a beaucoup émus. Nous l’imaginons, dans son rôle exigeant de guide, ouvrant le chemin de ses montagnes aux autres et communiquant avec la haute montagne dans toute sa grandeur et sa beauté comme un artiste. Artiste qu’il incarne avec brio dans son atelier.

Il fait partie de la célèbre Compagnie des Guides de Chamonix  depuis 1971.

Ses œuvres nous emmènent dans les éléments naturels avec mouvement et couleur. Nous adhérons tout de suite au charme de ses toiles qui allient talent et création.

IMG_7767.jpgLionel Wibault est le fils Marcel Wibault, peintre reconnu dont nous avons feuilleté et re-feuilleté, lu et re-lu le livre avec intérêt et plaisir.

IMG_8299.jpgPour l’art et le bonheur des yeux, voici quelques œuvres de Marcel Wibault.

Image00002-1.jpgci-dessus : Les Aiguilles de Chamonix depuis les Moëttieux (1950), Marcel Wibault
Image00003.jpgci-dessus : Village du Tour (1954), Marcel Wibault
Image00004.jpgci-dessus : Cervin depuis Eggenalp (1975), Marcel Wibault
Image00005.jpgci-dessus : Après-midi d’hiver à Chamonix (1980), Marcel Wibault

En quittant, Lionel Wibault, nous sommes allés dans le Village du Tour, où est né le 29 avril 1830, un guide qui a toute notre admiration également. Il s’agit de Michel Croz qui a tragiquement perdu la vie le 14 juillet 1865 lors de la première ascension du Cervin avec   Edward  Whimper (voir notre chapitre Le Cervin et Whimper du 08 février 2019)

IMG_7677.jpg

IMG_7678.jpgEn entrant dans la chapelle du village, et en observant le retable, nous découvrons qu’ il a été peint par Lionel Wibault. Il a représenté Saint Ours.

IMG_7672.jpgSaint Ours est un prêtre (irlandais) du VIè siècle. Venu dans les Alpes, il s’installe dans la vallée d’Aoste. Il est souvent représenté en tenue d’archidiacre, tenant un livre et un oiseau sur l’épaule. Il meurt vers 510.

IMG_7672-1.jpgSur le chemin du retour à l’hôtel, nous passons rue Joseph Vallot où  la façade d’une maison peinte en trompe-l’oeil attire notre attention. Elle a été également réalisée par Lionel Wibault.

IMG_7315.jpg

IMG_7316.jpgCette succession de moments a fait tout le charme de notre journée.

Quelques pas plus loin, je retrouve mes pénates chamoniardes, entre Brévent et Mont Blanc, et je rêve d’art, haute montagne, rencontres et de ce moment délicieux qu’il m’a été bien agréable de vous conter.

Image00001.jpg

A la semaine prochaine.

CHAMONIX

Quand on arrive à Chamonix, on passe, avant de rejoindre l’hôtel, par nos endroits fétiches (la gare, l’église…)

IMG_7619.jpg

IMG_7320.jpgL’installation, c’est un peu la routine, je prends mes marques illico. Nous sommes dans notre hôtel habituel, j’y ai tous mes repères :

– le balcon au-dessus de l’Arve,

IMG_7706.jpg le lit (large comme il me faut…)

IMG_7314.jpg …. et cerise sur le gâteau : la vue depuis mon balcon de l’hôtel de l’Arve : les aiguilles de Chamonix devant mes yeux et juste sur ma droite le « Mont Blanc. Que demander de plus ?

IMG_7442.jpg

IMG_7738.jpgHeureux, de les retrouver, je contemple « mes montagnes »IMG_7347.jpgPour le plaisir de retrouver l’Atmosphère qui règne en ville, j’accompagnerai les filles qui, ravies elles aussi, prennent leur temps.

Après un « petit bonjour au Dr Paccard »… elles arrivent Place Balmat (comme à leur habitude). Là, à côté de ‘Balmat et Saussure’ elles s’assoiront pour contempler ce que la nature leur offre de spectacle.

IMG_7329.jpg

IMG_7435.jpgQuand la fin du jour approche, nous restons jusqu’à la tombée de la nuit à contempler l’adieu du soleil à la vallée.

IMG_7455.jpgCe soleil, qui, après avoir quitté un à un les monts les moins élevés…

IMG_7450.jpg… restera sur le Mont Blanc quelques instants de plus.

IMG_7451.jpgIl sera, en roi des hauteurs, le dernier baigné par les rayons.

IMG_7454.jpg

IMG_7456.jpgQuand la nuit habille les massifs, Chamonix s’éclaire.

IMG_7345.jpg

IMG_3446.jpgC’est l’heure d’aller se restaurer, nous avons un endroit de prédilection, nous y aimons l’accueil, les menus et le cadre….

IMG_7325.jpgPour le retour vers l’Hôtel je ne peux pas manquer «la rue des Cool Cats »

Nous rentrons [je dirais enfin], (je trouve les filles infatigables), et j’avoue qu’une bonne nuit réparatrice sera la bienvenue.

A la semaine prochaine.